juif

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Juif

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin Judaeus (« de la tribu de Juda ; Juif »), emprunté au grec ancien Ἰουδαῖος, Ioudaîos de même sens, lequel provient de l'araméen Yehūdāy et lequel de l’hébreu Yehūdī (« de la tribu de Juda ; Judéen ; Juif »), dérivé de Yehūdā (« Juda »).

Adjectif [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin juif
\ʒɥif\
juifs
\ʒɥif\
Féminin juive
\ʒɥiv\
juives
\ʒɥiv\

juif \ʒɥif\

  1. (Histoire) Relatif au royaume de Juda.
    • Après la mort du roi Salomon, un schisme a divisé le peuple d'Israël (…). Le petit royaume du Sud, dont le rayonnement dépasse l'importance géographique, est appelé « Royaume de Juda » (…) tous ses ressortissants seront des yehoudim − des « juifs ». — (M. Catane, Qui est Juif ?, R. Laffont, 1972)
    • La transcription de ce mot [yehoudim] en Ioudaioi, Judaei, judéens ou juifs, prévaudra sur hébreux et israélites. — (Weill, Judaïsme, 1931, p. 19)
  2. Relatif au peuple hébreu.
    • Pour qui connaît les anciennes sectes juives, cette parabole est essénienne. — (P. Leroux, Humanité, t. 2, 1840)
    • La diaspora juive.
  3. (Religion) Relatif au judaïsme.
    • On comprend bien des choses si l'on sait que chacun de ces hommes devait être enterré selon les rites de sa bande, avec tout ce qu'il peut y avoir de prières : catholiques, juives, puritaines, presbytériennes, méthodistes, parsies, jaines, musulmanes. — (Paul Nizan, Aden Arabie, chap. VIII., Rieder, 1932 ; Maspéro, 1960)

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin juif
\ʒɥif\
juifs
\ʒɥif\
Féminin juive
\ʒɥiv\
juives
\ʒɥiv\

juif \ʒɥif\ masculin

  1. (Judaïsme) Personne appartenant à la descendance du peuple sémite établi en Israël, de religion monothéiste, que cette personne se réfère ou non à la religion juive et aux traditions judaïques.
    • Il faut toujours bien prendre garde que le Juif du Moyen Âge, devenu si résigné, ressemble beaucoup plus au chrétien qu’à ses ancêtres. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La morale des producteurs, 1908, note au bas de la page 339)
    • D’ici furent dirigés ces inquisiteurs qui allèrent brûler Vaudois, cathares, fraticelles, béguins, sorciers, envoûteurs, magiciens, flagellants, ou juifs convertis, mais soupçonnés de sortilèges. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Si l’on signale, en 350, la présence à Metz d’un évêque du nom de Siméon, qui aurait été un juif converti, cela ne signifie pas qu’il y ait déjà eu des juifs dans cette ville. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Au point de vue juridique, les juifs relevaient de leurs rabbins et de la loi mosaïque dans les question de statut personnel ; pour le reste ils étaient justiciables, comme les musulmans, des caïds et des cadis. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 30)
  2. Personne fidèle au judaïsme.
    • Sainte Vierge ! dit le prieur en se signant, un juif incrédule ! un juif admis en notre présence ! — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Comme le juif de la légende, j’ai en moi un démon qui me crie incessamment : marche ! Je dois accomplir ma destinée ! — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
  3. (Péjoratif) (Vieilli) Usurier. Personne âpre au gain, homme riche.
    • Dans cette logique, le Juif est un type, pas une race, être juif c’est avoir obtenu des privilèges grâce à l’argent, même — et ce n’est pas le moindre des paradoxes — si l’on appartient à une autre confession. — (Philippe Darriulat, Les patriotes : la gauche républicaine et la nation, 1830-1870, Le Seuil, 2001, ISBN 2020225964, p. 149)
Note[modifier]
Un juif (avec minuscule) désigne celui qui pratique la religion et un Juif (avec majuscule), celui qui appartient au peuple juif.

Dérivés[modifier]

Prononciation[modifier]

Homophones[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Ancien français[modifier]

Étymologie[modifier]

Voir ci-dessus. (Vers 980) judeu, puis vers 1140 juiz, juis (régime pluriel) et juif (sujet pluriel).

Adjectif [modifier]

Nombre Cas Masculin Féminin Neutre
Singulier Sujet juis juive juif
Régime juif
Pluriel Sujet juif juives
Régime juis

juif \Prononciation ?\ masculin

  1. Juif.

Variantes[modifier]

Dérivés dans d’autres langues[modifier]

Références[modifier]