kanañ

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : kanan

Breton[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

D’un mot vieux celtique apparenté au latin cano (« chanter »).
Du moyen breton canaff[1][2].
 Dérivé de kan avec le suffixe -añ.
À comparer avec les verbes canu en gallois, cana en cornique (sens identique).

Verbe [modifier le wikicode]

Mutation Infinitif
Non muté kanañ
Adoucissante ganañ
Spirante cʼhanañ

kanañ \ˈkãː.nã\ intransitif-transitif direct (voir la conjugaison), base verbale kan-

  1. Chanter.
    • Dre forz kanañ Nouel ecʼh arru an Nedeleg. — (Jules Gros, Le trésor du breton parlé (Eléments de Stylistique Trégorroise) - Troisième partie - LE STYLE POPULAIRE, 1974, p. 324)
      À force de chanter Noël, Noël arrive.
    • A deu war an douar hep krocʼhen hag a varv en ur ganañ ? - Ur bramm. — (Jules Gros, Le trésor du breton parlé (Eléments de Stylistique Trégorroise) - Troisième partie - LE STYLE POPULAIRE, 1974, page 329)
      Quʼest-ce qui vient au monde sans peau et qui meurt en chantant ? - Un pet.
    • N’on ket evit o c’hanañ deoc’h amañ, rak n’eo ket traoù nevez, mes traoù kozh eo em eus c’hoant da gontañ deoc’h. — (Lan Inizan, Emgann Kergidu 1, Éditions Al Liamm, 1977, page 29)
      Je ne suis pas en mesure de vous les [des chansons] chanter ici, car ce ne sont pas des choses récentes, mais des choses anciennes que j’ai envie de vous raconter.

Variantes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Paronymes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Jehan LagadeucCatholicon, Tréguier, 1499
  2. Albert Deshayes, Dictionnaire étymologique du breton, Le Chasse-Marée, Douarnenez, 2003, page 365a