keusse

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier le wikicode]

  • Pour la pierre à aiguiser : Du latin cos, cotis ; queux en français
  • Pour le billet de dix francs : Du verlan de sac ; avant l'euro, le billet de 100 francs était un billet de dix sacs.

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
keusse keusses
\Prononciation ?\

keusse \Prononciation ?\ féminin

  1. (Normandie) (Picardie) Pierre à aiguiser.
    • Keuchir, aiguiser sur une keusse; se dit aussi du coït. — (C.-P.-H. Martn-Marville, Trosly-Loire, ou le Trosly des conciles, ses châteaux, ses villas, ses fiefs et ses seigneurs, Noyon : Typographie D. Andrieux, 1869, p. 107)

Variantes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
keusse keusses
\Prononciation ?\

keusse \Prononciation ?\ masculin apocope (Verlan)

  1. (Argot) Billet ou somme de dix francs.
    • Y a pas moyen d'avoir un zedou, j'ai que trente-cinq keusses sur oime ? Dans la tête du couilleur une chose est sûre. Il a déjà tégra trente-cinq keusses au pire des cas. — (Omar Guendouz & ‎Jean-Karim Nicolo, La Cité : Wahab, Khouna, Éric et les autres: Jours tranquilles en banlieue, Éditions Le Pré aux Clercs, 1996, en annexe)
    • Keusse(s) (ver.) : 10 keusses = 100 francs (verlan de l'argot « sac »). Le keusse est la monnaie officielle de la bourse alternative des banlieues. — (Guide du Routard : Banlieues de Paris 2001, Editions Hachette, 2001, p. 30.)
    • Celles qui ont vraiment changé la face des choses pour moi, c'est con, ce sont les teufs à Nadir, celles qu'on appelait vulgairement « les teufs à 10 keusses » (c'était 100 francs l'entrée). Il y avait deux DJ à chaque fois. — (Guillaume Kosmicki, Free Party: Une histoire, des histoires, Le Mot & le reste, 2018)
    • Et celui qui s'était cassé avait pris mon pognon. Vingt mille keusses quand même. — (Jérôme Leroy, Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma : Terminus Nord, French Pulp/Editions Polar, 2018)
  2. (Par extension) Argent ; monnaie.
    • — […]. Et qu'est-ce qui vous fait croire que Tanya vous les a volés ?
      — C'est la seule qui sait où je cache mon keusse. »
      Je la dévisage sans comprendre.
      « Ma thune. Mon argent.
      — (Lori Nelson-Spielman, Demain est un autre jour, traduit de l'anglais (États-Unis) par Laura Derajinski, Éditions du Cherche-Midi, 2013)

Références[modifier le wikicode]

  • Abbé Jules Corblet, Glossaire étymologique et comparatif du patois picard, ancien et moderne: , précédé de recherches philologiques et littéraires sur ce dialecte, Paris : chez Dumoulin, chez V. Didron & chez Techener, 1851, p. 459
  • Achille Delboulle, Glossaire de la vallée d'Yères pour servir à l'intelligence du dialecte haut-normand et à l'histoire de la vieille langue française, Le Havre : impr. de Brenier, 1876, Genève : Slatkine reprints, 1969, p. 199