kisra

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Nom) De l’arabe كسرة, kisra (« pain  »)
(Prénom) De l’arabe كسرى, Khisra, lui-même du persan خسرو, Kisro (« nom du roi sassanide francisé Chosroèsl »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
kisra kisras
\kis.ʁa\

kisra \kis.ʁa\ masculin et féminin

  1. Petit pain de campagne en pays arabes en forme de galette.
    • L’ogresse broya un os et en fit une bouillie, puis elle se mit à faire une kisra épaisse. Elle apporta ensuite de son antre une grande calebasse et s’arrêta assez loin. Elle pressa son sein droit et dit : "Viens ! viens ma chèvre rouge !". Du lait jaune coula de son sein. Elle pressa son autre sein et dit : "Viens ! viens ma chèvre noire !". — (Viviane Amina Yagi, Contes d’Omdurman, Aresae, 1981, p. 57)
    • Le « kisra », un pain à base de farine fermentée de sorgho, est le pain le plus populaire au Soudan. Il se présente sous forme de petits morceaux cuits appelés « kisra raheefa», ou sous forme de bouillie appelée « kisra aseeda». — (J. J. Asiedu, traduit de l’anglais par Cissé Thiékoro, La transformation des produits agricoles en zone tropicale : approche technologique, Karthala, 253)
    • Admirable permanence : aujourd'hui, dans les campagnes soudanaises, c’est la base du pain quotidien, la kisra, d’une bouillie, Vassida, et de la bière, la mérissa. — (Simone Dumoulin, Soudan, Seuil, 1973, p. 37)

Prénom [modifier le wikicode]

Invariable
kisra
\kis.ʁa\

kisra \kis.ʁa\

  1. Prénom persan masculin. Forme arabisée de Chosroèsl (en persan Khisro), roi sassanide (531–579) dont le règne est considéré par les historiens comme « second âge d'or » dans l'histoire de l'Empire sassanide.
    • Paraissait-il au milieu des Persans, il devenait leur monarque, un Kisra, devant qui les têtes soumises s’inclinait avec respect. Tombait-il au milieu des Grecs, c’était un Caisar ; au milieu des Arabes, c’était un Tobbâ. — (Grangeret de Lagrange, Anthologie arabe, ou, Choix de poésies arabes inédites, Paris, 1828, p. 12)
    • Le Prophète a dit aussi : Quand Kisra périra, il n’y aura plus de Kisras, et quand Caiser périra, il n’y aura plus de Caisers. J’en jure par celui qui tient mon âme dans sa main que tu dépenseras pour la cause de Dieu les trésors de ces deux (rois). — (Institut impérial de France, Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale ..., Volume 20, Paris, 1865, p. 197)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]