laïcisme

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1877) De l’adjectif laïc (ou laïque), avec le suffixe -isme. Le sens de « doctrine » apparaît en 1842.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
laïcisme laïcismes
\la.i.sism\

laïcisme \la.i.sism\ masculin

  1. (Religion) Position qui tend à donner aux institutions un caractère non religieux.
    • Ce que l’école primaire de la troisième République et le laïcisme intégral ont pu créer de valable se trouve en toute sa force représenté dans l’Yonne mieux qu’en aucune autre région. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • C’était plus qu’il n’en fallait pour inquiéter les partisans des régimes d’autorité […] Pour enrayer les progrès du laïcisme et des mouvements revendicatifs, ceux-ci mirent tout en action, essayant jusqu’à des coups d’État. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Malheureusement, il n’existait aucun attachement philosophique au laïcisme et à ses valeurs de scepticisme, d’expérimentation et de tolérance, si essentielles au pluralisme politique. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
    • Le laïcisme est une idéologie négatrice de toute finalité naturelle et de toute subordination à un ordre transcendant qui s’attaque en profondeur aux traditions et veut transformer la communauté politique selon des fins définies a priori par une raison assujettie aux diktats d’un Moi insatiable et bavard, devenu unique source du droit. [...] Le laïcisme fermé croit normalement au mal. Il est manichéen, intolérant, presque agressif. Et son ennemi principal, c’est la religion. [...] Le laïcisme ouvert, au contraire du laïcisme fermé, a aboli le concept d’ennemi et hypostasié celui de paix. — (Le Devoir, 4 février 2014)
  2. (Religion) (XVIe siècle) Doctrine tendant à réserver aux laïques une certaine part dans le gouvernement de l’église.

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]