la caque sent toujours le hareng

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Les harengs, entassés dans une caque, l’imprègnent d’une odeur si forte qu’il est impossible ensuite de l’en débarrasser. De même, selon ce proverbe, quels que soient le rang ou le degré de fortune auxquels elle parvient, une personne ne saurait totalement dissimuler ses basses origines et finira tôt ou tard par laisser percer sa vulgarité. L’étymologie populaire a fait remonter ce proverbe à un bon mot du roi Henri IV [1], mais cette anecdote n'est prise au sérieux par aucun linguiste moderne.

Locution-phrase [modifier le wikicode]

la caque sent toujours le hareng \la kak sɑ̃ tu.ʒuʁ lə ʰa.ʁɑ̃\

  1. (Figuré) La vraie nature d’une personne finit toujours par ressortir.
    • La jeune fille élevée dans un pêle-mêle de domestiques, de commis, de parents de bas étage, ne peut perdre dans le monde sa couleur primitive : la caque sent toujours le hareng, et, malgré l’éclat de la parure, la joliété des traits, l’élégance de la taille, on croit ouïr des furies déguisées en nymphes de l’Opéra. — (Étienne-Léon de Lamothe-Langon, L'Espion russe, ou la Société parisienne, C. Lachapelle, 1838, t. 2, p. 6)
    • Vois plutôt ! maître Leclerc qui n’était que batelier, a voulu acheter une charge à la cour, et on lui corne aux oreilles le proverbe du bon vieux roi, le père du nôtre : la caque sent toujours le hareng ! Le capitaine La Ripaille dit qu’il descend des La Ripaille du temps des Croisades ; laisse donc ! il descend du coche, et n’a pas de quoi me payer une friture ! Que viens-tu me dire avec ta noblesse ? — (Roger de Beauvoir, L’Hôtel Pimodan, Dumont, 1847, p. 161)
    • Je me disais « La caque sent toujours le hareng » et je te jugeais d’après tes grandes pecques de cousines, mais tu ne leur ressembles pas, tu es tout autre... — (André Theuriet, Le Secret de Gertrude, G. Charpentier, 1888, p. 43)
    • Une vraie Wallstein, celle-là ! Elle a beau être baptisée... La caque sent toujours le hareng. — (Anatole France, Monsieur Bergeret à Paris, C. Lévy, 1901, chap. 12, p. 184)

Références[modifier le wikicode]