langue de la République

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XVIIIe siècle) De langue et de République française. La constitution de la Ve république indique, dans son titre premier, article 2 depuis 1992 : « La langue de la République est le français. »

Locution nominale [modifier le wikicode]

langue de la République \lɑ̃ɡ də la ʁe.py.blik\ féminin singulier

  1. (France) Français comme la langue nationale de la République française.
    • Tu as très-bien observé, dans ton savant discours, que l’institution des maîtres de langue française atteindrait ce but trop tard, et qu’il faut, en bannissant les patois et les dialectes par la désuétude, des traductions actuelles à ces peuples dont la langue, comme celle des Alsaciens, des Bas-Bretons et des Basques, n’est pas un mélange difforme et corrompu des langues voisines, tant anciennes que modernes ; que la voie des traductions est la seule qui puisse mettre les lois à la portée des habitants de ces pays, et leur faire comprendre leurs droits et devoirs, tandis que l’institution des écoles préparera la génération future à ne parler que la langue de la République. — (Lettre de Pierre Dithurbide (député des Basses-Pyrénées), 1794, citée dans A. Gazier, Lettres à Grégoire sur les patois de France : 1790-1794 ; documents inédits sur la langue, les mœurs et l’état des esprits dans les diverses régions de la France, au début de la Révolution, suivis du rapport de Grégoire à la Convention, Paris : chez A. Durand et Pedone-Lanriel, 1880, page 159)
    • Or, comme les autorités scolaires ne cherchèrent pas à déraciner les instituteurs en les envoyant dans des régions lointaines — la plupart exerçaient dans leur département natal, après avoir été formés au chef-lieu du département — on peut, une fois de plus, affirmer que le bilinguisme local était la norme et non pas l’exception, au moins jusqu’aux années 1930. Mais ces pratiques bilingues ne menaçaient pas la « langue de la République ». — (Denis Lacorne et ‎Tony Judt, La politique de Babel : du monolinguisme d’État au plurilinguisme des peuples, Karthala Éditions, 2002, ISBN 9782845862401, page 18)
    • Au surplus, il nous paraît que placer les langues régionales de France avant la langue de la République est un défi à la simple logique, un déni de la République, une confusion du principe constitutif de la Nation et de l’objet d’une politique. — (Déclaration de l’Académie française, votée à l’unanimité par les membres de l’Académie française : « La langue de la République est le français », dans sa séance du 12 juin 2008)

Synonymes[modifier le wikicode]