le chien aboie, la caravane passe

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Ce proverbe est d’origine turque[1][2] ou arabe[3][4][5].

Locution-phrase [modifier le wikicode]

le chien aboie, la caravane passe

  1. (Figuré) Il faut suivre son chemin sans s’occuper de ce que disent les calomniateurs.
    • Il est des adversaires politiques qui sont sans cesse à l’affût de ce qu’ils croient de nature à atteindre les hommes qu’ils guettent. Ils furètent, dans tous les coins. Ils ne reculent devant aucune petitesse. « Les chiens aboient. La caravane passe, » dit-on de l’autre côté de la Méditerranée. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • La Côte d’Azur offre de multiples manifestations et un grand nombre de salons, il s’y passe toujours quelque chose de bien et de beau, été comme hiver. N’en déplaise aux esprits chagrins qui ne pensent qu’à nous calomnier… Le chien aboie et la caravane passe — (Robert Verdoïa, « D’un Salon à l’autre… », Le Petit Niçois, 14 septembre 2006)
  2. (Figuré) Certains se permettent d’agir de façon sourde aux critiques.

Synonymes[modifier le wikicode]

Faire ce que l’on doit sans s’occuper des propos négatifs à son sujet (1) :

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Pedro Rodríguez Panizo, Disonancia acorde: la significación teológica de la historia de las religiones según R. C. Zaehner, 2007, page 68
  2. Pierre Antoine Leboux de La Mésangère, Dictionnaire des proverbes français, 3e édition, Rey et Gravier, Paris, 1823, page 152
  3. L'internaute
  4. Expressio
  5. Ferdinand de Lesseps
  6. Non ragioniam di lor, ma guarda e passa

Voir aussi[modifier le wikicode]