lorcʼh

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Breton[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

D’un proto-celtique *lorgo- (« gourdin »), attesté par le moyen breton lorchen (« timon »), le cornique lorgh (« bâton »), le vieil irlandais lorg et lorc (« massue »). On peut expliquer le glissement sémantique ainsi :
  • effroi : comme qui dirait « [coup de] massue » ;
  • flatterie : comme on dit « louer à tour de bras »[1].

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

lorcʼh \ˈlɔrx\ masculin

  1. Fierté, orgueil.
    • Lom a gerze, lorcʼh ennañ ha laouen e galon. — (Jakez Riou, Troiou-kamm Alanig al Louarn 1, Gwalarn, 1936, page 21)
      Lom marchait, fier [fierté en lui] et le cœur joyeux.
    • Lorcʼh a zo deuet da Liza o veza m’eo koueriadez ha placʼh diwar ar maez. — (Tad Medar, Diwar cʼhoarzin..., Ar Vuhez Kristen, Rosko, 1945, p. 17)
      Liza tirait quelque fierté d’être une paysanne et une fille de la campagne.
    • Cʼhwezhet eo ho tad gant al lorcʼh ! — (Jarl Priel, Kazh ha logodenn, in Al Liamm, niv. 91, Meurzh–Ebrel 1962, p. 118)
      Votre père est gonflé d’orgueil !
  2. Flatterie.

Dérivés[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

lorcʼh \ˈlɔrx\ masculin (pluriel : lorcʼhoù)

  1. (Vannetais) Effroi, peur.
    • [...] chetu er péh em laca, guet ræson, de greinein guet lorh ha guet scont. [...] ha ni a uélou hemb lorh en dé-zé tostat. — (Choége nehué a gannenneu spirituel, É ty Yehan-Mari Galles, Guénet, 1829, p. 27)
      Voila ce qui me fait trembler de peur et d’effroi. [...] et nous verrons sans peur ce jour approcher.
    • Ragsé, pe streù en noz é lorheu dré er glen, [...] — (Jean-Pierre Calloc'h, Karter-noz ée hléyeu (La veillée dans les tranchées), in Ar en deùlin, 1921, page 207)
      C’est pourquoi quand la nuit répand ses terreurs par le monde, [...]

Références[modifier le wikicode]

  1. Victor Henry, Lexique étymologique des termes les plus usuels du breton moderne, J. Plihon et L. Hervé, Rennes, 1900, 378 pageslire sur wikisouce