médisance

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

En moyen français mesdisance (« action de médire »), composé de médire, médisant et -ance.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
médisance médisances
\me.di.zɑ̃s\

médisance \me.di.zɑ̃s\ féminin

  1. Action de médire, de dire du mal de quelqu'un ou de quelque chose.
    • Si l’absinthe est amère, la médisance est douce, — surtout quand la médisance est de la belle et bonne calomnie. — (Alfred Delvau, Les Heures parisiennes, 1865)
    • Il fuyait ces longs papotages où tout le monde, par la médisance savamment distillée, était habillé pour l'hiver. — (Georges-Patrick Gleize, La Vie en plus, Albin Michel, 2012)
    • [...] la médisance est l'arme des faibles. — (Marie de Gandt, Sous la plume. Petite exploration du pouvoir politique, Paris, Éditions Robert Laffont, 2013, p. 125)
  2. Propos désavantageux.
    • Tout en ouvrant l’oreille aux médisances, la dévote fermait les yeux sur les coquetteries de ses hôtes soigneusement appareillés par le duc, […]. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • […] le marquis de Pezay, jouissait à ce titre de toute son amitié; il l’avait gagnée durant la querelle de M. Necker avec Turgot, en lançant contre ce dernier et ses amis, un déluge de plaisanteries, de petits vers, de médisances et de calomnies. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2, 4, 1833)
  3. (Figuré) (Collectivement) Les gens médisants.
    • Faire taire la médisance.
    • La médisance ne l’a point épargné.
Note[modifier]

La médisance rapporte quelque chose de vrai, alors que la calomnie et la diffamation s'appliquent à des choses ou événements faux.

Dérivés[modifier]

Synonymes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Références[modifier]