métamorphoser

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1571) Dénominal de métamorphose.

Verbe [modifier]

métamorphoser \me.ta.mɔʁ.fo.ze\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Faire passer un être de sa forme naturelle à une autre par l’effet de la métamorphose.
    • Notons qu'il existe, entre les deux races, quelques exemples d'un type mixte : voici un putto couronné de lierre dont la tête fait penser à celle d'un satyreau, ou, mieux encore, un putto sur le point de se métamorphoser en satyreau, […]. — (Roger Stuvéras, Le putto dans l'art romain, éd. Latomus, 1969, p. 17)
    • (Mythologie)Les poètes racontent que Diane métamorphosa Actéon en cerf, que Latone métamorphosa des paysans en grenouilles. - Narcisse fut métamorphosé en la fleur qui porte son nom. - Jupiter se métamorphosa en cygne.
  2. (En particulier) (Zoologie) Passer d’un stade larvaire à un stade adulte, parfois par un stade intermédiaire, pour certains animaux.
    • Le ver le secrète lorsqu’il est arrivé au moment où il doit se métamorphoser en papillon. — (D. de Prat, Nouveau Manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  3. (Figuré) Changer l’extérieur ou le caractère de quelqu’un.
    • Les sept matelots choisis par les deux espions parmi les marins espagnols s’étaient déjà joyeusement métamorphosés en Péruviens. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Le Malraux de la philosophie polémologique est médiatiquement métamorphosé en Rachida Dati de la pensée. — (Jean-François Kahn, Faut-il faire la guerre à BHL ?, dans Marianne n°670 du 20 février 2010)
  4. (Figuré) Changer la nature, les caractéristiques ou les qualités d’une chose.
    • Bien peu soupçonnaient ce que le monorail de Brennan allait faire pour la sécurité des transports et jusqu’à quel point il allait métamorphoser la face du monde. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 19 de l’éd. de 1921)

Prononciation[modifier]

Références[modifier]