maïeutique

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1867) Relevé pour la première fois dans une traduction par Prosper Mérimée. Emprunté au grec ancien μαιευτικὴ (τέχνη), maieutikề (tékhnê) (« (art) d’accoucher quelqu’un »).

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
maïeutique maïeutiques
\ma.jø.tik\

maïeutique \ma.jø.tik\ féminin

  1. (Philosophie) Méthode par laquelle Socrate accouchait les esprits des vérités oubliées qu’ils contiennent.
    • Lefort aurait eu cet art où Socrate excellait, et qu'il nommait la maïeutique, l'art de faire éclore les grandes pensées, d'accoutumer les esprits par l'exercice à chercher et à connaître leurs facultés pour les tourner vers un but noble et utile; […]. (N. Oustrialof, Histoire du règne de Pierre le Grand, traduit par Prosper Mérimée, Journal des savants, octobre 1867, p. 618)
    • Tenez compte encore, soit pour dresser la liste des défauts de Platon, ce à quoi je ne tiens aucunement, soit pour continuer à expliquer pourquoi on le lit moins, qu’il a une véritable manie qui consiste à ne pas conclure. Toutes ses méthodes, car il en a plusieurs, sa maïeutique, sa dialectique, son éristique, sa polémique, aboutissent généralement à ne conclure pas et sont, surtout, soit des moyens de ne pas conclure, soit des excuses à ne conclure point. (Émile Faguet, Pour qu’on lise Platon, 1905, page 6)
    • Adepte de la maïeutique socratique, je vous propose d’accoucher vous-mêmes de cette dernière propriété de la conscience. (Lionel Naccache, Le Nouvel Inconscient : Freud, le Christophe Colomb des neurosciences, Odile Jacob, 2009, page 260)
    1. (Par extension) Méthode pour mettre au jour les souvenirs des personnes.
      • C’est un art souvent difficile à pratiquer que la maïeutique de la mémoire populaire. M. Luzel y fut initié de bonne heure et en connut rapidement tous les secrets. Le manoir de Keramborgne, où s’écoula son enfance, nous est représenté par lui comme un rendez-vous de chanteurs. (François-Marie Luzel, Anatole Le Braz, Chansons populaires de la Basse-Bretagne, Introduction, 1890)
      • — Eh bien, Hyacinthe, eh bien ?… Ma parole, je t’intimide… Voyons, tu sais ce que veut dire venià : per… permis…
        — Permission !
        — Evidemment !
        Bonâ cum venià tuà : avec votre bonne permission… Il a compris tout de suite, c’est admirable… Ce garçon ira loin, Madame Tossel, je vous le dis très sincèrement.
        Ainsi Prosper, par une habile maïeutique, qui ne préjudiciait point au jeu de ses mâchoires, réparait près des mères les injustices de la destinée.
        (Charles Le Goffic, L’Âme bretonne, Honoré Champion, 1910, page 343)
    2. (Par extension) Méthode heuristique pour découvrir quelque chose comme une vérité ou un concept.
      • Ainsi se déroule l’enseignement, comme un échange de deux interrogations, entre le catéchumène qui peut-être attendra des notions historiques, une vérité transcendante, et le professeur de religion qui, par une sorte de maïeutique, voudra conduire ce catéchumène à se faire à lui-même sa vérité. (Georges Goyau, Une Personnalité religieuse - Genève (1535-1907), 1918, page 635)
      • Il semble que Lucas Cranach, le peintre par excellence de la Réforme primitive, ait voulu traduire cette conception dans un superbe tableau de l’église de Wittenberg : assis au pied d’une chaire, un certain nombre de fidèles lèvent leurs regards vers le prédicateur ; la foi les illumine, et l’on sent qu’ils épient, dans les paroles de l’orateur, une répercussion à la voix intime de leur âme. La prédication, ainsi conçue, est une façon de maïeutique mystique, le pasteur un saint entre les saints ; et par-dessus ces nobles têtes de croyans, l’Esprit plane avec amour. (Georges Goyau, L’Allemagne religieuse. — La Vie protestante : Églises officielles et sectes, 1897, page 69)
  2. (Médecine) Art de l’accouchement.
    • La sage-femme a, à son compte, l’art de la maïeutique : l’art d’assister les enfantements, d’aider, de réconforter, d’accompagner… (Stéphanie St-Amant, 2000)

Dérivés[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

sens philosophique 
  • Aide sur le thésaurus maïeutique figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : Socrate.

Traductions[modifier]

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
maïeutique maïeutiques
\ma.jø.tik\

maïeutique \ma.jø.tik\ masculin et féminin identiques

  1. (Philosophie) Qui a rapport avec la maïeutique, qui aide à formaliser un savoir.
    • Il emploie l’analyse à des fins maïeutiques.
    • THÉÉTÈTE
      Oui, par Zeus, et j’ai dit avec ton aide plus de choses que je n’en portais en moi.
      SOCRATE
      Mais tout cela, notre art maïeutique n’affirme-t-il pas que ce n’était que du vent et que cela ne mérite pas qu’on le nourrisse ?
      THÉÉTÈTE
      Certainement.
      (Platon, Théétète, ou sur la Science ; genre peirastique, GF-Flammarion, 1991 [1967], page 173)
    • Le Socrate de Platon apparaît alors à cet homme comme l’apôtre d’une forme toute nouvelle de la « sérénité grecque » et de la joie à l’existence, qui cherche à se manifester par des actes et y réussit le plus souvent par une influence maïeutique et éducatrice exercée sur de jeunes et nobles esprits, dans le but de susciter en eux le génie. (Friedrich Nietzsche, L’Origine de la Tragédie dans la musique ou Hellénisme et Pessimisme, Mercure de France, 1906 [quatrième édition], page 140)

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]