machalla

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(nom 1) De l’arabe ما شاء الله, ma-chaâ-allah, littéralement (« ce que veut Dieu »), sous-entendu : (« Glorifiée soit la volonté de Dieu !»)
(nom 2) De l’arabe مشاعل, machaâl (« torches, flambeaux »)[1], du verbe أشعل, achâla (« allumer »).

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
machalla machallas
\ma.ʃal.la\

machalla \ma.ʃal.la\ masculin

  1. (Formule contractée) Admiration, émerveillement. Sert aussi, par antiphrase, pour exprimer l’ironie.
    • Le Canonnier apprête son boute-feu, tous les yeux sont attentifs, le coup part, et je partage véritablement l’étonnement de tout le monde, en voyant couper le piquet qui désignait le centre de la bute. Le cri de machalla retentissait de toutes parts. — (François de Tott, Mémoires du Baron de Tott sur les Turcs et les Tartares, Volume 2, Amsterdam, 1785, p. 101/102)
    • Comme le challa ! machalla ! faisait un grand effet, je le répétai devant tous les Bédouins qui avaient une mine à bourrasque, et ça vous leur retournait la physionomie lof pour lof. — (Louis Reybaud, Le navigateur: revue maritime, Volume 1, Paris, 1834, p. 202)
    • Je pris des mains des scheiks une trentaine de djérids, et j’en présentai un à l’émir Fares, le priant de les rompre; ce qu’il fit aisément. Je lui en présentai successivement deux, et puis trois, qu’il rompit de même, car c’était un homme d’une grande force musculaire. Ensuite je lui présentai tout le faisceau, qu’il ne put ni rompre ni plier. « Machalla, lui dis-je, tu n’as pas de force. » — (Alphonse de Lamartine, Œuvres complètes de Lamartine publiées et inédites, Volume 8, Paris, 1860, p. 269)
    • Machalla ! Où est donc la règle qu’il faut suivre. Vous avez des capitulations qui vous autorisent à juger vous-mêmes vos nationaux, et quand nous arrêtons un coquin, que nous le livrons aux consuls, nous sommes sûrs qu’on le fait évader, heureux encore s’il ne reparaît pour narguer l’autorité turque. — (Léon de Rosny, Revue orientale et américaine, Volume 6, Paris, 1861, p. 7)

Nom commun 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
machalla machallas
\ma.ʃal.la\

machalla \ma.ʃal.la\ masculin

  1. Flambeau, ou moyen d’éclairage rudimentaire.
    • Le paisible habitant que nous voyons monté sur son âne n’aura pas un machalla à son service s’il veut, le soir, aller rendre visite à un ami. Son ânier le précèdera avec la lanterne de toile, retournant souvent la tête pour adresser des conseils à la bête. — (Édouard Charton, Le Magasin pittoresque, cinquième année, Paris, 1837, p. 67)
    • […] en raison de l’absence complète non seulement de gaz, mais même de réverbères, un grand seigneur aurait fait allumer un machalla, sorte de réchaud en fer, bourré de résine et fixé à l’extrémité d’une longue perche. — (Henri Paul Charles Baillière, En Égypte: Alexandrie, Port-Said, Suez, le Caire. Journal d’un touriste, René Julliard, Paris, 1867, p. 206/207)
    • […] le vieux château moresque de Gemenos, bâti en laves noires sur les crêtes grises de droite, appellera vivement son attention; qu’il l'observe bien, et qu’il me dise si ce château n’a pas l’air d’un scheik arabe, assis dans les plis de son noir machalla sur les monceaux de cendre de quelque cité détruite. — (Académie delphinale, Bulletin, Tome II, Grenoble, 1847, p. 754)

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]