mainmortable

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De mainmorte.

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
mainmortable mainmortables
\Prononciation ?\

mainmortable masculin et féminin identiques

  1. (Histoire) (Droit féodal) Qui est assujetti aux obligations de mainmorte.
    • Sous la troisième race, on trouve qu'à la réserve des grands Seigneurs & des possesseurs de fiefs, toute la France étoit devenue mainmortable, & qu'elle a été soumise à la servitude de corps ou d'héritages. (Dictionnaire de Trévoux)
    • Le 23 novembre suivant, Pierre-Philippe-André Mingaud, marquis de la Hage, usufruitier de la terre de l’Isle-sous-Montréal, obtint une sentence qui l'envoya, à titre d’échûte main-mortable, en possession de tous les biens qu'avait laissés ce particulier. (Philippe-Antoine Merlin, Recueil alphabétique de questions de droit, Bruxelles : H. Tarlier, 4e éd., 1829, vol.9, p.342)
  2. (Par extension) Qualifiait aussi les communautés dont les biens, étant inaliénables, ne donnaient pas ouverture aux droits de mutation.
    • En Franche-Comté, un homme libre qui a demeuré un an et un jour dans une maison mainmortable devient esclave; ses collatéraux n'hériteraient pas de ce qu'il aurait acquis ailleurs, et ses propres enfants sont réduits à la mendicité s'ils ont passé un an loin de la maison où le père est mort. (VOLTAIRE; COMMENTAIRE SUR LE LIVRE DES DÉLITS ET DES PEINES PAR UN AVOCAT DE PROVINCE, 1766)

Synonymes[modifier]

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
mainmortable mainmortables
\Prononciation ?\

mainmortable masculin et féminin identiques

  1. (Histoire) (Droit féodal) Sujet d'un seigneur féodal qui est soumis à la mainmorte.
    • […], et la plupart d'entre eux, au XIIe siècle surtout, sont encore des serfs : dans la commune de Senlis, fondée par le roi en 1173, l'évêque a encore des mainmortables ; […]. (Henri Sée, Les classes rurales et le régime domanial en France au Moyen-âge, p.283, V.Giard & E. Brière, 1901)

Références[modifier]