maladrerie

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De l’ancien français maladerie[1], dérivé de malade avec le suffixe -erie[2] avec épenthèse d'un \r\, sous l'influence de ladre, ladrerie[2].

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
maladrerie maladreries
\ma.lad.ʁə.ʁi\

maladrerie féminin

  1. Léproserie.
    • Chaque matin […] roulait sur ses gonds la porte de la maladrerie, et les lépreux, semblables aux antiques anachorètes, s'enfonçaient tout le jour parmi le désert. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1841)
  2. Hospice.
    • Nous rencontrâmes aussi des maladreries toutes délabrées, pour mettre les pauvres gens en train de mourir. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un paysan, 1870)

Apparentés étymologiques[modifier]

Références[modifier]

  1. Frédéric GodefroyDictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, édition de F. Vieweg, Paris, 1881-1902 → consulter cet ouvrage (maladerie)
  2. a et b « maladrerie », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872-1877 → consulter cet ouvrage

Ancien français[modifier]

Nom commun [modifier]

maladrerie \Prononciation ?\ féminin

  1. Variante de maladerie.
    • Il fesoit donner aus poures esglises, à maladreries, à mesons Dieu, à hospitaulz, et à poures gentilz hommes et gentilz femmes. — (Joinville), XIIIe s.
    • Les maladreries furent fondées sur aumosnes et pour li commun porfit, por dessevrer les sains [bien portants] des enfers [malades] de liepvre. — (Beaumanoir), XIIIe s.

Apparentés étymologiques[modifier]