mange-merde

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De mange, forme du verbe manger, et merde.

Nom commun [modifier]

mange-merde \mɑ̃ʒ.mɛʁd\ masculin et féminin identiques invariable

  1. (Vulgaire) (Injurieux) (Péjoratif) Personne moralement méprisable.
    • Sergent, la crapaudine pour ces mange-merde ! ordonna Guyot avec un sadisme contenu, enfin heureux d'en faire voir de toutes les couleurs aux favoris du bellâtre. — (Pierre Bonin, Le trésor du Rif, Laval (Québec), Fondation littéraire Fleur de Lys, 2009, p.215)
    • Bon sang, Angel, m'interrompit Samuel, ne me dis pas que tu es en train d'évangéliser ce mange-merde ? — (Kent Wascom, Le Sang des cieux, traduit de l'anglais étasunien par Eric Chédaille, Christian Bourgois éditeur, 2014)
    • […], mais qu'ils tiennent compte dès le départ des coûts humains et écologiques de leur découverte, sachant qu'à leurs basques grogne une meute de mange-merde de technocrates prêts à faire main basse sur tout ce qui peut rapporter. — (Daniel Faggiano, Le Banquet, théâtre, à compte d'auteur, 2012, p.22)
  2. Personne qui est souvent invitée à manger gratuitement[1].
    • La séquence qui se joue à table à l'occasion d'un retard porte précisément sur ce rapport entre individualité - le retardataire soupçonné d'être allé faire le mange-merde - et communauté dont le groupe se fait le représentant. — (Gradhiva, Département d'archives de l'ethnologie du Musée de l'homme, 1997, n°21-22, p.125)
  3. (Zoologie) Synonyme de zonite d’Algérie, espèce d’escargot.
    • Mais lorsque je marche dans les allées, par les soirées humides, ou après une averse, j'écrase les mêmes escargots "mange-merde", zonites plats et visqueux, ou bulimes dont se repaissent les hérissons. — (Frédéric Jacques Temple, L'Enclos, Actes Sud, 1992, p.56)
  4. (Zoologie) (Désuet) Synonyme de saupe, espèce de poisson.
    • Willughby observe que la saupe plaît plus à l'œil par son aspect, qu'elle n'est propre à flatter le goût par les qualités de sa chair ; il n'y a que le bas peuple qui en mange. Rondelet dit qu'on a donné à ce poisson le nom de mange-merde , parce qu'il paroît se nourrir d'excrémens. — (Jacques Christophe Valmont de Bomare, Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle, Lyon : Bruyset frères, 4e éd., 1791, vol.13, p.32)

Traductions[modifier]

Références[modifier]