marabout

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1628) Du portugais maraboto, marabuto, lui-même de l’arabe مُرابِط, murābiṭ (« moine-soldat »), (littéralement « homme vivant dans un ribāṭ », le ribāṭ étant un couvent fortifié établi aux frontières pour lutter contre les infidèles → voir almoravide) ; plus tard, murābiṭ vint à désigner un homme pieux, un ermite, un saint. Par métonymie, il s’appliqua au tombeau d’un marabout, puis à tout objet ou animal considéré comme sacré. (1575) morabuth.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
marabout marabouts
\ma.ʁa.bu\
Un marabout en Tunisie. (2)

marabout \ma.ʁa.bu\ masculin

  1. Nom de religieux très vénérés chez les musulmans et qui se trouvent en assez grand nombre dans l’Afrique septentrionale.
    • Ce sont bien eux ! dit le docteur, les cruels Talibas, les farouches marabouts d’Al-Eladji ! — (Jules Verne, Cinq semaines en ballon, J. Hetzel et Cie, Paris, 1863)
    • Il avait acquis l’amitié des plus intelligents d’entre eux, les marabouts et les talebs. — (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)
    • Nous nous dirigeons vers l'interstice qui sépare les deux montagnes coniques vaguement entrevues hier. Celle de droite porte le nom d'un marabout, Sidi Nader, dont la koubba blanche se dresse à son sommet. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 42)
    • Le ziara est la visite pieuse faite à un marabout à l'occasion de laquelle un don lui est fait. Mais aujourd'hui les marabouts se déplacent eux-mêmes à l'étranger pour rendre en quelque sorte le ziara possible et accessible. — (Jean Jacques Perennes, L'eau et les hommes au Maghreb: contribution à une politique de l'eau en Méditerranée, Éditions Karthala, 1993, note page 239)
  2. (Par extension) Petite mosquée ou chapelle sépulcrale dédiée à l’un des ces saints hommes.
    • Il ne faut y chercher ni somptueuses demeures mauresques ni monuments artistiques. Les mosquées, les marabouts, les bains maures, le dar el-maklizen (palais du gouvernement) ne sont que des constructions sans prétentions, simplement blanchies à la chaux. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 23)
    • Trois fois, Zariffa, dans son cercueil de bois, parcourut encore les rues du village […]. Dans le marabout, près du canal où elle allait à ses rendez-vous d’amour avec Ahmed, on la déposa un instant. — (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
  3. (Par analogie de forme avec le dôme de la chapelle) Bouilloire ventrue, faite de cuivre battu et étamé.
    • Tenez, me dit-elle en me montrant un méchant marabout gisant sur le carreau, voilà la cafetière qui a fait tout le mal. — (Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, 1846)
    • Et cette argenterie en haut du buffet ? — Nous allons la descendre. Il y a là des cafetières, des sucriers, des salières, des huiliers, des marabouts, des brûle-parfums... — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 302.)
Des marabouts. (4)
  1. (Ornithologie) Oiseau dont les plumes, auxquelles on donne le même nom, servaient d’ornement aux chapeaux ou à certains vêtements, synonyme de marabout africain (sens restreint).
  2. (Botanique) Synonyme de stipe pennée.
  3. (Textile) (Vieilli) Fil de soie.
    • Signalons encore le marabout qu’on mouline à nouveau après teinture, la soie à coudre, composée de trois à vingt-deux fils, la soie à tricoter, la soie tordue, l’ovalée, la plate, la grenadine. — (D. de Prat, Nouveau Manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  4. Ruban de gaze fine.
    • Marabout uni ; marabout façonné.
    • Il retourna vers le lit, coucha le corps à plat, croisa les mains déjà rigides et, pour cacher cette nudité, ramena par-dessus les pans du peignoir de satin rose garni de marabout ; puis il le couvrit d’une couverture, le bordant comme si ce pauvre corps pût encore sentir le froid de cette nuit d’hiver. — (Louis Bromfield, traduction de Sarah-J. Silberstein et Charles Brugell, Vingt-quatre Heures, Famot, 1974, p. 168)

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France (Saint-Maurice-de-Beynost) : écouter « marabout »
  • Suisse (canton du Valais) : écouter « marabout »

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • marabout sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier le wikicode]