marcher

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De « marche » issu du francique marka (« frontière »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
marcher marchers
\maʁ.ʃe\

marcher \maʁ.ʃe\ masculin

  1. Déplacement par mouvements alternatifs des jambes ou des pattes.
    • Quel marcher !
  2. (Spécifiquement) (Basket-ball) Faute d’un joueur qui fait plus de deux pas sans dribbler, sanctionnée par la récupération du ballon par l’équipe adverse.
    • Sur une remise en jeu, le Marsupilami cale le ballon sous le bras et commence à marcher tranquillement comme à l'entraînement, pour signer l’un des marchers les plus fous de l’histoire de la NBA. Le pire étant que le numéro 0 et favori au titre de MVP cette saison s’étonne lui même de se faire sanctionner. — (Le Dauphiné, NBA : un marcher d'anthologie signé Russell Westbrook, ledauphine.com, 19/01/2017)

Verbe [modifier le wikicode]

marcher \maʁ.ʃe\ 1er groupe (conjugaison)

  1. (Intransitif) Se déplacer par un mouvement alternatif des jambes ou des pattes, en ayant toujours un appui au sol.
    • À ce moment, il aperçut un ours superbe, un grizzly à fourrure noire, de haute taille, qui marchait sur ses pieds de derrière en longeant la voie, troublé sans doute par cette lutte des éléments qui impressionne si vivement les animaux. — (Jules Verne, Le Testament d’un excentrique, 1899, livre 2, chap. 12)
    • Les uns allaient rendre leurs armes ; d'autres, qui les avaient abandonnées déjà, marchaient silencieusement, les mains ballantes. — (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, p.451, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie)
    • Pendant de longues heures nous marchons en silence, ne regardant ni à droite ni à gauche, la tête baissée sous nos capuchons pour nous garantir de l'ondée cinglante. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 36)
    • Maintenant qu’il avait dépassé la zone et franchi les lignes de rebat, Kinkin marchait plus librement, respirant à longs traits, révâssait même un peu. — (Louis Pergaud, L’Évasion de Kinkin, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Fin février est très beau et le 2 mars nous quittons le cantonnement de Marquigny. Nous marchons en arrière-garde du bataillon et, par Louvergny, La Cassine, nous arrivons à l'étape à midi à Chémery-sur-Bar. — (Gustave Folcher & ‎Rémy Cazals, Les carnets de guerre de Gustave Folcher, paysan languedocien, 1939-1945, François Maspéro, 1981, page 62)
    • Tu marchais dans les rues, enfoncée dans tes bottines ridicules à trois francs six sous. Tu marchais comme d’hab’, en baissant la tête. Jamais je t'ai vue regarder le ciel. — (Magyd Cherfi, Livret de famille, Actes Sud Littérature, 2011)
  2. Mettre le pied sur ou dans quelque chose.
    • Marcher sur le pied de quelqu’un.
    • Prenez garde où vous marchez.
  3. (Intransitif) Croire en une supercherie, un mensonge.
    • Ai-je cru vraiment, à cette époque ? Il me semble que j’ai marché dans la chose de la sainte religion, comme dans les images d’Épinal, ou dans mes bouquins de contes de fées à tranches dorées. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 247)
  4. S’avancer de quelque manière que ce soit, à pied, à cheval, etc.
    • Nous étions les uns à cheval, les autres en voiture, nous avons marché toute la nuit.
    • Nous avons marché à la fraîche, pour ne pas fatiguer nos chevaux.
    • (Marine) Marcher dans les eaux d’un vaisseau, faire la même route que lui.
  5. (En particulier) (Militaire) Être dans un mouvements offensif.
    • L’armée commença à marcher.
    • Marcher à l’ennemi.
  6. (Figuré) Progresser, sans forcément impliquer un déplacement physique.
    • Il marche hardiment à son but, vers son but.
    • Nous marchons tous, d’un pas égal, vers la mort.
  7. Se mouvoir ou être mis en mouvement.
    • Ce vaisseau marche bien.
    • Cette voiture publique marche deux fois la semaine, marche la nuit et le jour.
    • Les trains ne marchent pas encore sur cette partie de la ligne.
  8. (Figuré) Fonctionner.
    • Ça y est, ça marche !
    • Maigret, après un regard circulaire à la pièce, posait une question encore plus inattendue.
      —Est-ce que toutes les horloges marchaient ?
      Maintenant, il y en avait d'arrêtées et le commissaire, machinalement, alla les remonter.
      — (Georges Simenon, Cécile est morte, 2e partie, chapitre 4, 1942)
    • Mon ordinateur ne marche plus, je dois l'envoyer chez le réparateur.
  9. (Familier) (Figuré) Donner des résultats.
    • Pour parler moins lyriquement, ça marchait ferme, les gros tirages se multipliaient et les droits d’auteur s’encaissaient avec une précision rothschildienne […]. — (Léon Bloy, Le Salut par les Juifs, Joseph Victorion et Cie, 1906)
    • Depuis trente ans, le Languedoc-Roussillon affiche clairement sa volonté de passer du gros rouge qui tache à des vins pleins de charme et de caractère. Et ça marche. — (Ophélie Neiman, Le vin pour ceux qui n'y connaissent rien, L’Étudiant, 2013, page 111)
    • Il avait fait considérablement pire avec un 45 tours dont le refrain était : « Ah ce qu'il est joli le petit Rocheteau », un nanar de niveau olympique, mais tout marchait, tout se vendait, même n'importe quoi, surtout n'importe quoi. — (Vincent Duluc, Un printemps 76, Éditions Stock, 2016)
  10. (Transitif) (Vieilli) (Technique) Fouler au pied une matière malléable.
  11. (Transitif) (Littéraire) (Technique) Suivre sa route.

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • \maʁ.ʃe\
  • France : écouter « marcher [maʁ.ʃe] »
  • France : écouter « marcher »
  • France (Massy) : écouter « marcher »

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]