maronner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Verbe 1) Apparu vers 1709. Dérivé du mot marron (« esclave fugitif »), via l’anglais maroon. → voir marron
(Verbe 2) Peut-être de marmonner.
(Verbe 3) Dérivé de maraud «(chat)».

Verbe 1 [modifier le wikicode]

maronner \ma.ʁɔ.ne\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Abandonner quelqu’un dans un endroit inhabité tel une île déserte ou un banc de sable.
    • La pratique de maronner quelqu’un était particulièrement courante lors des XVIIe et XVIIIe siècles, à tel point quel que certains articles du code des pirates, ou Chasse-Partie, le décrivait comme punition pour avoir désobéi. — (Wikipédia, Article Maronnage, 2011)
  2. (Vieilli) Faire le métier de pirate, de corsaire.

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Verbe 2[modifier le wikicode]

maronner \ma.ʁɔ.ne\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Intransitif) Éprouver du dépit.
    • Il est toujours à maronner.
    • Le voilà qui maronne dans son coin.
  2. (Transitif) Dire en maugréant.
    • Je l’ai entendu maronner des injures.
    • Il grommelait toujours en maronnant : « Abandonner une fille à cet âge-là, c’est vouloir la perdre ! — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • Le vieux, avec ses moustaches pendantes et ses sabots à frange de paille, maronnait en regardant le feu :
      –… Je ne dis pas… j’aurais bien gardé mon fusil, qu’est-ce qu’on va devenir au printemps, quand les renards viendront nous voler les poules ?....
      — (Elsa Triolet, Le premier accroc coûte deux cents francs, 1944, réédition Cercle du Bibliophile, page 24)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Verbe 3[modifier le wikicode]

maronner \ma.ʁɔ.ne\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Normandie) Miauler.

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]