mercenariat

    Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

    Français[modifier le wikicode]

    Étymologie[modifier le wikicode]

    (1861) De mercenaire avec le suffixe -at qui indique une fonction, le mot aurait peut être inventé par Pierre-Joseph Proudhon dans son livre La guerre et la paix publié en 1861.

    Nom commun [modifier le wikicode]

    Singulier Pluriel
    mercenariat mercenariats
    \mɛʁ.sə.na.ʁja\

    mercenariat \mɛʁ.sə.na.ʁja\ masculin

    1. Fonction de mercenaire, activité de mercenaire.
      • L’assimilation du mercenariat militaire à un louage d’ouvrge me semble d’autant plus plausible que parmi ceux qui le réprouvent il en est qui n’admettent pas que le service militaire doive être réputé d’obligation pour tout citoyen. — (Pierre-Joseph Proudhon, La guerre et la paix, 1861)
      • Il en est ainsi tant que l’idéal civique demeure intact ; l’apparition du mercenariat coïncide avec un fléchissement marqué de cet idéal. — (Victor Martin, La vie internationale dans la Grèce des cités, 1940)
      • De fait, l’adoption de la loi contre le mercenariat constitue un gage de bonne volonté de Paris à l’égard des gouvernements africains. — (Barbara Vignaux, « Le mercenariat est hors la loi, vive le mercenariat ! », Le Monde diplomatique, novembre 2004)
      • Rappelons-le, la France a engagé depuis plusieurs mois une réflexion secrète sur l’éventualité de changer la loi de 2003 sur le mercenariat. — (« Mercenariat, la France discute, la Suisse agit », LePoint.fr, 26 octobre 2010)
      • C’est un abandon inadmissible des prérogatives régaliennes à moins qu’on veuille voir se développer un marigot trouble de sociétés de mercenariat française un peu partout dans le monde avec le risque supplémentaire de les voir à l’oeuvre en France. — (« Bientôt des sociétés militaires privées en France ? Non merci ! », rue89.com, 12 mars 2012)
      • Comme je voulais rester dans le monde musical, je m’étais dit que là, je devrais finalement me résoudre à écrire des chansons pour les autres. Ce travail s’apparente souvent à du mercenariat, et quoi qu’il arrive j’ai toujours refusé de galvauder mon âme. — (David McNeil, 28 boulevard des Capucines, Gallimard, 2012, collection Folio, pages 66-67)

    Traductions[modifier le wikicode]