mirliton

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Inconnue. Attesté dès 1738 au sens de « monnaie » et 1745 au sens de « flûte » et en 1845 au sens de «pâtisserie»

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
mirliton mirlitons
\miʁ.li.tɔ̃\
Joueurs de mirlitons de la foire de Saint-Cloud vus par Honoré Daumier.
« Hussard de la mort » français coiffé d'un mirliton (guerres de la Révolution).

mirliton \miʁ.li.tɔ̃\ masculin

  1. (Musique) Membrane vibrante recouvrant un trou et mise en branle par un souffle ou une vibration sonore, produisant un son nasillard.
    • Il existe en effet, au fond des calebasses qui servent d’amplificateur aux lames du xylophones, un petit orifice recouvert par une membrane : le mirliton. — (Arom, S. Un synthétiseur dans la brousse dans La boîte à outils d’un ethnomusicologue, Les Presses de l’Université de Montréal, 2007, 367-378)
  2. (Musique) Sorte de flûte très simple, formée d’un roseau bouché par les deux bouts avec une pelure d’oignon, un morceau de baudruche, du papier etc. En chantonnant dans le tube, on fait vibrer cette membrane qui transforme la voix en sons nasillards.
    • L'un des amusemens les plus renommés de la fête de Saint-Cloud est celui des mirlitons. On appelle mirliton, une espèce d'instrument de musique, composé d'un fragment de roseau creux, dont les deux extrémités sont bouchées avec une peau extrêmement fine. Ce grossier instrument, appliqué à la bouche, rend, par l'effet de l'air introduit dans son intérieur, un son, bizarre et discordant, fait plutôt pour déchirer les oreilles que pour les charmer. — (« CLOUD (Foire de saint-) », dans le Dictionnaire historique, topographique et militaire de tous les environs de Paris, par M. P.-St.-A...., Paris : chez C.L.F. Panckouke, chez Delaunay, Pélissier, Petit, chez Le Normant, chez Pillet & chez Verdières, s.d.(1816), p. 229)
    • On peut donc distinguer deux catégories de mirlitons. La première est souvent de forme tubulaire, couverte d'une ou de deux membranes qui colorent la voix humaine. La seconde consiste en une membrane appliquée sur certains instruments pour modifier le son qu'ils émettent. — (Bertil Söderberg , Les instruments de musique au Bas-Congo et dans les régions avoisinantes: étude ethnographique, Falköping : A. J. Lindgrens boktr. , 1956, p, 154)
  3. (Désuet) Accessoire de cotillon consistant en un sifflet encastré dans un tube de carton décoré dans lequel on souffle et au bout duquel se déroule alors d'un coup et avec un couinement une partie supplémentaire; également appelé langue de belle-mère.
    • Vers 23 h 30, les danseuses de l'établissement, encore habillées pour l'heure, circulèrent de table en table pour distribuer les inévitables cotillons du réveillon : chapeaux, mirlitons, faux-nez, etc. — (Paul Kenny, Réseau apocalypse, Éditions Fleuve Noir, 1979, part. 4 : chap. 1)
    • Quant aux autres, qui se contentaient d'être complètement ronds, ils ne se rendirent même pas compte qu'il y avait un chanteur sur la piste, trop occupés qu'ils étaient à souffler dans des mirlitons, à se lancer des serpentins et des boules de papier multicolore à travers la gueule. — (Paul Meurisse, Les éperons de la liberté, Paris : Robert Laffont, 1979, chap, 7)
  4. (Pâtisserie) Feuilleté à la crème saupoudré de sucre, de forme allongée et originaire de Rouen.
    • À cette époque, les mirlitons étaient confectionnés par les pâtissiers avec des restes de pâte feuilletée, et surtout de la crème fleurette. C'est cette fameuse petite crème qui se forme spontanément à la surface du lait cru après plusieurs heures de maturation à l’air ambiant. — (Christophe Michalak, Les meilleurs desserts de France, Éditions Gründ, 2013, p, 95)
  5. (Militaire) Coiffure militaire rigide et conique en feutre, avec une bande de tissus roulée autour en spirale, légèrement différente du shako, portée autrefois par certaines unités de hussards.
    • Le choc des cavaliers français, coiffés de leurs hauts mirlitons rouges, ornés d'une longue flamme de la même couleur, sanglés dans leurs dolmans bleu ciel, contre les dragons anglais aux larges plastrons rouges et aux casques de cuir ornés d’une crinière écarlate, est d’une rare violence. — (Robert Kalbach & ‎Jean-Luc Gireaud, L'Hermione: Frégate des lumières, Paris : Éditions Dervy, 2004, p, 178)
  6. (Chemin de fer) Panneau de signalisation ferroviaire, utilisé à la SNCF.
    • Zarzavadjian avait appris à aimer l'univers enchevêtré des arrière-gares et des voies de triage. Tous les poteaux, les potences et les portiques et leurs signalisations suspendues. Les mirlitons d'approche, les œilletons de franchissement. Les sémaphores et les feux de heurtoirs. Et bien entendu l'infinie arborescence des rails. — (Ian Manook, Les Temps sauvages, Paris : Éditions Albin Michel, 2015)
  7. (Vieilli) Ancienne coiffure en vogue au XVIIIème siècle, où les cheveux courts étaient enroulés autours de la tête.
    • Les modistes du Palais inventèrent, en 1723, une coiffure en gaze, qu'elles produisirent sous le nom singulier de mirliton. Ce mot figura bientôt dans le refrain d'une chanson du Pont-Neuf, […].
      […] ; bien entendu que toutes les actrices, danseuses, choristes et figurantes, chantant le mirliton , étaient coiffées de mirlitons, confectionnés à la galerie du Palais, où l’inventrice avait pompeusement étalé cette honorable collection des produits de son génie.
      — (« Le Mirliton », dans le Petit courrier des dames: Journal des modes, du 5 avril 1849, tome 56, Paris : Imprimerie Dondet-Dupré)
  8. (Numismatique) (Familier) Nom commun donné au louis d’or de 1723.
    • Les louis d'or portant le millésime de l'année 1723 furent appelés mirlitons, et sont encore ainsi nommés par les numismates érudits, qui les colligent et vénèrent à cause de cette singularité. — (« Le Mirliton », dans le Petit courrier des dames: Journal des modes, du 5 avril 1849, tome 56, Paris : Imprimerie Dondet-Dupré)
    • Quant au double louis d'or mirliton (valeur de 54 livres mais poids de 13,05 g d'or à 917 ‰), il n'était pas encore en usage lors de la rédaction du mémoire (l'édit ne fut registré que le 20 août 1723). — (Bulletin de la Société française de numismatique, vol. 63-64, 2008, p 9)
  9. (Louisiane) & (Haïti) Nom vernaculaire de la chayote.
    • Les bonnes femmes de mon pays appellent « mirliton » le fruit d'une cucurbitacée que les botanistes ont baptisée, allez leur demander pourquoi, « Sechium edile », et qu'elles accommodent en cent manières succulentes, […]. — (Conjonction : bulletin de l'Institut français d'Haïti, n° 110 à 113, Port-au-Prince, 1969, p. 74)

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]