mise en abyme

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : Mise en abyme

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) → voir mettre et abyme

Locution nominale [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
mise en abyme mises en abyme
\mi.z‿ɑ̃.n‿a.bim\
La mise en abyme (1) des armoiries royales du Royaume-Uni (1816-1837).
Une mise en abyme (2).

mise en abyme \mi.z‿ɑ̃.n‿a.bim\ féminin

  1. (Héraldique) Incrustation d’une petite pièce dans un blason.
    • L’expression mise en abyme a été empruntée à l’héraldique (où elle désigne l’insertion d’un blason dans un autre blason) par le romancier André Gide pour illustrer le procédé qu’il a utilisé dans son œuvre Les faux-monnayeurs. — (Abîme et abyme, Homophones lexicaux, Office québecois de la langue française, bdl.oqlf.gouv.qc.ca, consulté le 3 juillet 2018)
  2. (Arts) Image dans l’image principale, qui reproduit cette dernière.
    • […] les scènes bucoliques de Giandomenico [Tiepolo] : les paysans, les paysages saisis comme en abyme après leur promenade du matin, avec ces tons un peu pâles qui donnaient une aura poétique aux gestes les plus simples. — (Philippe Delerm, La bulle de Tiepolo, Gallimard, 2005, collection Folio, page 73)
    • L’œuvre la plus connue de Benjamin Rabier reste bien sûr cette fameuse « vache qui rit » dont le mufle hilare continue à orner certaines boîtes de fromage. […]
      On peut noter que ce dessin offre un bon exemple – que plus d’un enfant retient – d’une mise en abîme (André Gide voulait qu’on l’orthographiât « mise en abyme »).
      — (Michel Tournier, Pour saluer Gédéon, le petit canard jaune de Benjamin Rabier, dans Les vertes lectures, collection Folio, 2007, page 141)
  3. (Littérature) Procédé qui consiste à placer à l’intérieur du récit principal un récit qui reprend de façon plus ou moins fidèle des actions ou des thèmes de ce récit.
    • Il y a tourné quatre films fous, des comédies dadaïstes, des puzzles lynchiens sous mescaline, avec un net penchant pour l’humour absurde et la mise en abyme. — (Jérémie Couston, « Je veux rendre le farfelu hyper normal », Télérama no 3573, 4 juillet 2018, page 32)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]