momerie

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : mômerie

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Histoire [1] :
(1440) mommerie, « mascarade, divertissement dansé » ;
(1566) « pratiques religieuses jugées ridicules » ;
(1574) mommerie « mascarade, comédie » ;
(1673) momerie « bigoterie, affectation de pratiques religieuses » ;
(1824) en Suisse « piété outrée ou affectée, dissidence des conventicules piétistes, des sectes ou des Églises séparées de l'État ; ensemble des mômiers ».
Origine discutée [1], deux étymons se sont peut-être confondus :
soit l’ancien français mommerie (« mascarade »).
soit l’ancien français mahomerie (« mosquée, temple païen », « pratique religieuse des musulmans, pratique superstitieuse, idolâtrie »), dérivé avec le même suffixe de Mahomet, prophète de l’Islam.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
momerie momeries
\mɔm.ʁi\

momerie \mɔm.ʁi\ féminin

  1. (Vieilli) Mascarade.
    • Le monde, à dire vray, n'est qu'une momerie. — (Jacques Du Lorens [1583-1658], Satires, livre 2, satire 11)
    • Mais ceux-là font pitié. Ils devraient nous donner au moins une danse morisque, ou quelque autre momerie ! — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
  2. (Figuré) Affectation ridicule d’un sentiment qu’on n’a pas.
    • Cet héritier se montre fort affligé de la mort de son parent ; mais c’est une momerie, une pure momerie, ce n’est que momerie, c’est pure momerie. - Il s’est tiré d’affaire par quelques momeries.
  3. Cérémonie bizarre ou ridicule.
    • Entre la poire et le fromage Bianchon arriva, par d’habiles préparations, à parler de la messe, en la qualifiant de momerie et de farce. — (Honoré de Balzac, La Messe de l’athée,)
    • Votre Altesse ferait bien de couper court aux momeries d’Ashby. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Cette fête , nous en avons retrouvé la relation: la voici telle qu'elle fut publiée le lendemain du 25 novembre 1793:
      « Autrefois , sous le règne de la calotinocratie, c'étoit par des cérémonies sombres et lugubres, par des momeries absurdes, que nos pieux tyrans nous attachoient à leur joug insupportable et nous préparoient à recevoir les mensonges dont ils ont infecté toute la terre ; […]. »
      — (Camille Mellinet, La commune et la milice de Nantes, Nantes : chez l'auteur, s.d. (vers 1840), vol.8, page 221)

Variantes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Paronymes[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Ancien français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De momer (« se masquer ») avec le suffixe -erie.

Nom commun [modifier le wikicode]

momerie \Prononciation ?\ féminin

  1. Momerie, mascarade.

Références[modifier le wikicode]