monceau

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin monticellus (« colline ») qui a donné amoncellement, amonceler, à ne pas confondre avec monticulus qui a donné (« monticule »), même si la racine vient également de mons, montis (« montagne »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
monceau monceaux
/mɔ̃.so/

monceau /mɔ̃.so/ masculin

  1. Tas, amas fait en forme de petit mont.
    • Le gouverneur de la forteresse avait fait ses préparatifs de défense. Des monceaux de pavés garnissaient le haut des tours, entourant les canons, pour lesquels on avait élargi les meurtrières. (Alfred Barbou, Les trois Républiques françaises, 1879)
    • Figure mélancolique, il méditait profondément devant le monceau de ferraille et de cendres qui représentait sa défunte motocyclette. (H. G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - traduit en 1910 par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, Mercure de France, p. 64 , éd. 1921)
  2. (Figuré) (Familier) Grosse quantité.
    • S’ils refusent publiquement (et je vois d’ici, je palpe d’ici, je mesure d’ici le monceau ordonné de leurs belles raisons, de leurs nobles raisons de refuser la marche parmi nous), alors le moindre adolescent comprendra qu'ils ont en vérité choisi, qu’ils préfèrent réellement - et non par erreur, et non par omission, et non par aveuglement guérissable - leur confort spirituel, et les garanties temporelles de leur confort, aux questions bassement humaines. (Paul Nizan, Les chiens de garde, page 42, 1932)

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]