moraline

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Nom commun 1) Utilisé par Friedrich Nietzsche pour désigner la morale chrétienne.
Utilisé dans certains milieux pour désigner un produit imaginaire permettant de donner le moral.
(Nom commun 2) De moral avec le suffixe -ine, très utilisé dans les appellations médicamenteuses.

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

moraline \mɔ.ʁa.lin\ féminin

  1. (Péjoratif) Bien-pensance.
    • […] La justice, cette forte vertu seule à même de nous sauver de la moraline bisounours sans nous transformer en sans-coeur. — (Anne-Laure Bloch, « L’éthique à l’épreuve des Bisounours », La Croix, 30 août 2016, page 16)
    • D’ailleurs, un des fondateurs de QS, Le philosophe Pierre Mouterde, dans un essai en 2019, fustigeait les vices de la gauche politiquement correcte contemporaine éprise de « moraline » (bien pensance selon Nietzsche). — (Antoine Robitaille, Quand Québec solidaire donne dans l’appropriation culturelle, Le Journal de Montréal, 9 octobre 2021)

Nom commun 2[modifier le wikicode]

moraline \mɔ.ʁa.lin\ féminin

  1. (Argot) Médicament imaginaire censé redonner le moral (aux troupes militaires par exemple).
    • À ceux qui estiment encore, à grands renforts de moraline, que certaines prises de position partisanes dresseraient une barrière infranchissable, on ne peut que conseiller d’ouvrir ses livres. — (Julien Damon, La résurrection de Louis Pauwels, Journal Le Point, page 132, n° 2336, 15 juin 2017)

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • moraline sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg