mouavin

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Via le turc muavin (« aide, adjoint, assistant ») de l’arabe عاون, ʿāwana (« aider, assister »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
mouavin mouavins
\mwa.vin\

mouavin \mwa.vin\ masculin

  1. (Histoire) En Turquie, adjoint administratif.
    • Le mouavin (adjoint) remplace le gouverneur général en cas d’absence ; le defterdar s’occupe de la comptabilité et des finances, choses encore plus mystérieuses en Turquie que partout ailleurs ; le mektoubji remplit les fonctions de secrétaire-général, l’edjnebi mudiri s’intitule sur sa carte, en français, « directeur des affaires politiques ; » le zira’ at muffetichi est préposé à la surveillance de l’agriculture et du commerce, source inépuisable de bakchichs. — (Gaston Deschamps, Sur les routes d’Asie, A. Colin, 1894)
    • L’état-major de chaque escadron ou compagnie se compose d’un buluk—aghassi (chef d’escadron ou de compagnie) ; de son mouavin (adjoint) et d’un djournal-émini, officier chargé du rapport quotidien. — (Vital Cuinet, La Turquie d’Asie : géographie administrative, statistique, descriptive et raisonnée de chaque province de l’Asie Mineure, E. Leroux, 1894)
    • 4° L’île sera divisée en autant de sandjaks ou arrondissements qu’il sera nécessaire. Ces arrondissements seront administrés par des mutessarifs (gouverneurs) choisis parmi les fonctionnaires du Gouvernement Impérial ; les gouverneurs seront, moitié des musulmans et moitié des chrétiens. Les gouverneurs musulmans seront assistés par des mouavins (adjoints) chrétiens et les gouverneurs chrétiens par des mouavins musulmans, nommés les uns et les autres par le Gouvernement Impérial. — (Affaires de Crète : juin 1893–février 1897 : Textes organiques concernant la Constitution de l’île de Crète, Archives diplomatiques, deuxième série, tome XLIII (juillet, août, septembre), nos. 61 à 64, Paris, 1897)
    • Il s’est agi de me faire nommer directement par le Sultan, mouavin (adjoint) du grand rabbin de Turquie, et voici dans quelles circonstances. — (Haïm Nahoum, ‎Annie Kriegel, Un grand rabbin sépharade en politique, 1892–1923, Presses du CNRS, 1990)

Traductions[modifier le wikicode]