n’en pouvoir mais

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

→ voir n’en, pouvoir et mais. Dans cette expression, mais est un adverbe d’ancien français signifiant « plus », du latin magis (« plus », « davantage »). Si son usage a quasiment disparu aujourd’hui, ce mais reste présent dans jamais et désormais.

Locution adverbiale [modifier le wikicode]

n’en pouvoir mais \n‿ɑ̃ pu.vwaʁ mɛ\ (se conjugue → voir la conjugaison de pouvoir)

  1. (Désuet) (Familier) N’avoir contribué en aucune manière à quelque chose de fâcheux, à un malheur, n’en être pas cause [1].
    • J’ai toujours eu de l’hostilité pour les célébrités, mais cette époque de ma vie m’a rendu odieux tout ce qui est acquis, admis, déjà découvert, bien que ces pauvres gens célèbres souvent n’en peuvent mais, et sont célèbres parce qu’ils sont mieux que d’autres. — (Elsa Triolet, Le premier accroc coûte deux cents francs, 1944, réédition Cercle du Bibliophile, page 273)
    • Il les assura même de la bénédiction pourtant hypothétique de sa mère et de la pensée affectueuse de Dabek Sariéloubal qui n’en pouvait mais. — (René Fallet, Le triporteur, Éditions Denoël, Paris, 1951, page 223)
    • […] ; par ses déprédations, le pigeon — si charmant soit-il — pose lui aussi un gros problème - humain -, non contraire, semble-t-il, aux règles de la SPA, le procédé de dépigeonnisation des mêmes Laboratoires AUFRA paraît à cet égard digne d'être noté. Il ne s'agit plus, en effet, de massacrer d'innocents volatiles qui n'en peuvent mais..., mais de les dissuader de revenir. — (Informations sociales, vol. 21, Union nationale des caisses d'allocations familiales, 1967, page 121)
    • On excuse un imbécile, en disant qu'il n'en peut mais ; mais on ferait rire de soi, si l'on voulait excuser de la même manière celui qui est mauvais. — (Arthur Schopenhauer, Le Monde comme volonté et comme représentation, PUF, 2014)
    • Et en disant cela le policier assenait un coup de poing furibond sur son malheureux bureau, qui n'en pouvait mais. — (Pierre Souvestre & Marcel Allain, « La Guêpe rouge », Fantômas, Édition intégrale, tome 5, , Éditions Robert Laffont, Paris, 2015, page 650)
  2. (Vieilli) N’en plus pouvoir, ne plus être capable.

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]