naïveté

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : naivete, naiveté

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Dérivé de naïf avec le suffixe -eté.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
naïveté naïvetés
\na.iv.te\

naïveté \na.iv.te\ féminin

  1. Ingénuité, simplicité d’une personne qui manifeste naturellement ses opinions et ses sentiments.
    • On ne peut, par exemple, comprendre la conduite de Robespierre quand on le compare aux politiciens d'aujourd'hui ; […] ; quand il lui fallut prendre des résolutions suprêmes et se défendre contre la Convention, il se montra d'une naïveté qui confine à la niaiserie. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.III, Les préjugés contre la violence, 1908, p.135)
    • Simulait-elle l'espièglerie, la naïveté pour mieux le captiver, le capturer. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. Simplicité naturelle et gracieuse avec laquelle une chose est exprimée ou représentée selon la vérité ou la vraisemblance.
    • On a généralement traité Aucassin comme un conte populaire, dont il fallait mettre en lumière la grâce un peu simplette et la naïveté. (Albert Pauphilet, note préliminaire des Contes du jongleur, Paris : L’Édition d'Art H. Piazza, 1931, p.VI)
  3. Simplicité niaise ou défaut de retenue dans l’expression de sentiments qu’on aurait intérêt à cacher.
    • Son orgueil est d’une naïveté comique, d’une naïveté risible.
  4. Propos, expressions qui échappent par ignorance.
    • Les jeunes personnes sont sujettes à dire des naïvetés.

Synonymes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]