niébé

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : niebe

Français[modifier]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier]

Du peul ñebbe[1].

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
niébé niébés
\nje.be\

niébé \nje.be\ masculin

  1. (Botanique) (Congo-Kinshasa, Côte d'Ivoire, Mali, Sénégal) Synonyme de cornille.
    • Le genre Vigna est d’origine asiatique… Le niébé est parfois utilisé comme fourrage (en Inde par exemple) ou cultivé pour un usage textile (cultigroupe textilis). Les feuilles et les jeunes pousses peuvent être consommées en épinards. Les gousses sont parfois mangées en vert. Les fanes peuvent être utilisées comme fourrages… — (Cirad/Gret/MAE, Mémento de l'Agronome, 1 692 p., page 869, 2002, Paris, France, Cirad/Gret/Ministère des Affaires Etrangères (+ 2 cdroms))
    • En RDC, de plus en plus les agriculteurs s’adonnent à la culture de niébé. — (« Agriculture : techniques de culture et d’entretien d’un champ d’haricots », RadioOkapi.net, 20 décembre 2010)
    • Les exportateurs sont des agents dont le rôle principal est de collecter le niébé pour le revendre sur les marchés extérieurs.— (Guillaume Duteurtre et Mbène Dieye Faye, L’agriculture sénégalaise à l'épreuve du marché, 2010, p.166)
    • Dans une grande quantité de champs, les espoirs de bonne récolte pour les cultures pluviales (mil, sorgho, fonio, maïs, arachide, sésame, niébé) pourraient être compromis. — (« OPIB : une campagne agricole satisfaisante », L’Essor, 19 octobre 2011)
    • Consciente que cette victoire sur le coton Bt n’est qu’un répit, elle s’inquiète de la culture du niébé, un haricot riche en protéines largement consommé par la population burkinabé. — (Julie Lallouët-Geffroy, Le Burkina a remporté la bataille contre le coton OGM, mais la lutte n’est pas finie, reporterre.net le 2 mai 2017)

Références[modifier]

  1. niébé du poular ñebbe (« doliques ») n. m. usuel — (Collectif sous la direction de Geneviève N’Diaye-Correard, Les mots du patrimoine: le Sénégal, p.384, 2006)