objurguer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) Du latin objurgare.

Verbe [modifier le wikicode]

objurguer \ɔb.ʒyʁ.ɡe\ transitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : s’objurguer)

  1. Adresser à quelqu’un des reproches.
    • Il les objurguait de haut en bas comme l’eût fait un prophète. « Ce sont des chiens, disait-il, qui ont tous un collier au cou. — (Jean-Marie Dargaud, Histoire d’Olivier Cromwell, page 413-414, 1867, A. Lacroix, Verboeckhoven et cie)
  2. Presser instamment quelqu’un d’agir différemment.
    • Périodiquement, choisissant le moment qu’ils croyaient propice, des parlementaires, qui se fussent résignés à supporter le fardeau écrasant du pouvoir, objurguaient les députés de tenir les promesses qu’ils avaient facilement distribuées aux électeurs. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Tout au plus, il lisait quelques pages du De cultu feminarum où Tertullien objurgue les femmes de ne pas se parer de bijoux et d'étoffes précieuses, et leur défend l'usage des cosmétiques parce qu'ils essayent de corriger la nature et de l'embellir. — (Joris-Karl Huysmans, À Rebours, 1884)
  3. (Très rare) (Pronominal) S’efforcer continuellement d’agir autrement.
    • Son cœur commençait à battre plus fort, et elle s’objurguait de rester naturelle. — (Alexandre Grine, Jessie et Morgane, page 151, 2008, Éditions L’Harmattan)

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]