opprobre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) Du latin opprobrium.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
opprobre opprobres
\ɔ.pʁɔbʁ\

opprobre \ɔ.pʁɔbʁ\ masculin

  1. Très grande honte publique, déshonneur.
    • La plus terrible de toutes les peines pour l’homme social, c’est l’opprobre, c’est l’accablant témoignage de l’exécration publique. — (Maximilien de Robespierre, Discours sur la peine de mort, le 30 mai 1791 au sein de l’Assemblée constituante.)
    • Car c’est pour toi que je porte l’opprobre, Que la honte couvre mon visage. — (Bible, Psaume 69:8)
    • Tremblez, tyrans et vous perfides
      L’opprobre de tous les partis
      — (La Marseillaise)
    • Que ce travail, haï des mères, soit maudit ! Maudit comme le vice où l’on s’abâtardit, Maudit comme l’opprobre et comme le blasphème ! — (Victor Hugo, Les Contemplations ; MELANCHOLIA (Victor Hugo, 1838), poème sur le travail des enfants)
    • C’est un opprobre pour le lion de pleurer face au renard. — (Talmud, Tana Deve Eliyahou, 225)
  2. État d’abjection.
    • La vie est un opprobre, et la mort un devoir. — (Voltaire)

Synonymes[modifier]

Très grande honte publique (1) :

État d’abjection (2) :

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Références[modifier]