otter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : -otter, Otter

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIXème siècle) De otter head nom donné en Écosse aux panneaux de bois qui encadrent le chalut.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
otter otters
\ɔ.tɛʁ\
Un otter.

otter \ɔ.tɛʁ\ masculin

  1. (Pêche) Chalut de pêche destinée à attraper des truites dans les lacs.
    • Je vais donc vous donner les techniques de pêche par appât à la ligne, pêche à filet, pêche à l'otter, et pêche à la nasse. — (Piéger les poissons, Collectif Français Anti Zombies (CFAZ))

Références[modifier le wikicode]

  • Inspiré du Dictionnaire encyclopédique Quillet, Paris, 1934.

Afrikaans[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

otter \Prononciation ?\

  1. Loutre.

Anglais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De l’anglo-saxon oter.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
otter
\ˈɒt.ə(ɹ)\
otters
\ˈɒt.ə(ɹ)z\
otter

otter \ˈɒt.ə(ɹ)\

  1. Loutre.

Néerlandais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

Nombre Singulier Pluriel
Nom otter otters
Diminutif ottertje ottertjes

otter \Prononciation ?\

  1. Loutre.

Synonymes[modifier le wikicode]

Taux de reconnaissance[modifier le wikicode]

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 98,1 % des Flamands,
  • 98,6 % des Néerlandais.

Prononciation[modifier le wikicode]

Prononciation manquante. (Ajouter)

Références[modifier le wikicode]

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]