pâmer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : pamer

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) En ancien français pasmer, du latin *spasmare, de spasmus (« spasme »).

Verbe [modifier le wikicode]

pâmer \pɑ.me\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se pâmer)

  1. Tomber en défaillance, s’évanouir.
    • Il n’en peut plus, il pâme.
    • Si l’auditoire pâme, Pati-Pati, dédaignant le bis, le comble en modulant une série de sons […] — (Colette, La « Merveille », dans La maison de Claudine, Hachette, 1922, collection Livre de Poche, 1960, page 124.)
  2. Devenir incapable de respirer en raison d'un malaise physique.
    • Il vous ferait pâmer de rire.
    • Carpe pâmée, carpe retirée de l’eau, qui semble prête à expirer.
  3. (Pronominal) Tomber en défaillance.
    • Se pâmer de douleur.
  4. (Pronominal) Devenir incapable de respirer en raison d'un malaise physique.
    • Se pâmer de rire.
  5. (Pronominal) (Figuré) Se laisser aller au transport d'une émotion forte agréable, comme la joie, l'admiration, etc.
    • Et Philibert, le jeune, tendre, zézéyant et crapuleux Philibert, au gentil profil de petit sémite, le Joas d'Athalie, doué d'une frimousse qui faisait se pâmer les filles. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, pages 125-126)
    • Daniel Hue doit sa belle réputation à ses entremets irrésistibles, à ses meringues hors norme, à ses pâtes sablées à se pâmer et à une croustade aux abricots délicieuse. — (L'Express, 13 septembre 2007)
    • Son coup de génie, c'est d'interpréter son répertoire comme si c'était la première fois. Et celui de son public, de se pâmer, de se ravir comme pour la première fois. — (Anabelle Nicoud, « Patrick Bruel n’a pas changé », La Presse. Mis en ligne le 11 juin 2007)
    • Car il arrive à nos raisonneurs linguistiques, après avoir prêté l'oreille à quelque diplomate étranger parlant français, ou bien à quelque officiel africain, ou encore à quelque membre anglo-saxon de la bourgeoisie internationale, de se pâmer devant l'excellence du français de certains de ces gens-là. — (Bélanger, Henri, Place à l'homme, Hurtubise HMH, Montréal (Québec), 1972)

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]