péché

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : peche, pèche, pêche, pêché

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Siècle à préciser) Du latin peccatus, lui-même formé à partir du verbe « peccare » (être fautif, pécher), d'origine incertaine.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
péché péchés
\pe.ʃe\

péché \pe.ʃe\ masculin

  1. (Religion) Transgression volontaire de la loi divine ou religieuse.
    • Les hommes sont endormis, susurrait Jean-Louis, les péchés sont abolis ; il reste les anges. - Oui, répondis-je, et, Dieu merci, les mauvais anges : méfie-toi, Jean-Louis, je suis Lucifer. — (Pierre-Henri Simon, Les Raisins verts, 1950)
    • Je les ai vus, Conrad, dans mes visions de la nuit ; leurs yeux sacrés versaient des larmes sur les péchés et les folies de leurs frères, et sur leur luxe honteux et leur libertinage effréné. — (Walter Scott, Ivanhoéch. XXXV, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Que sont devenus les casuistes ? Gens simples, qui prenaient les péchés un à un, et par grand effort, effaçait celui-ci, puis celui-là. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p. 113)
    • On n’a plus rien à se cacher
      On peut s’aimer comme bon nous semble
      Et tant mieux si c’est un péché
      Nous irons en enfer ensemble
      — (Georges Brassens, Il suffit de passer le pont, in Le Vent, 1953)
    • Le péché : voilà une notion qui est bien mal vécue aujourd'hui parce qu'elle est ressentie dans un cadre moraliste et moralisant, donc culpabilisant. Pourtant, pécher veut dire simplement viser à côté, rater sa cible; en d'autres mots, ne pas cibler Dieu, mais se mettre soi-même au premier plan : mon intérêt, mes principes, mes avantages et mes convictions passent en premier. — (Robert Henckes, Au rendez-vous de Cana, éditions Fidélité, Namur, 1999, p. 129)
    • Et l’avarice, considérée comme un péché par l’Église catholique, est devenue le signe d’une défense intelligente contre la surconsommation. — (Alain Rey, Les radins savent gérer leur argent, dans 60 millions de consommateurs, hors-série nº 151, oct.-nov. 2010)
    • J’aspire sans la connaître à une autre manière d’être présent au monde, à autrui, à moi-même, que ce mélange de peur, d’ignorance, de préférence étroite pour soi, d’inclination au mal quand on voudrait le bien, qui est notre maladie à tous et que l’Église désigne d’un seul mot, générique : le péché. — (Emmanuel Carrère, Le Royaume, 2014)
  2. (Langue ecclésiastique) État de celui qui pèche.
    • Il y a encore un moyen de satisfaire à Dieu, qui consiste à gagner les indulgences. Les indulgences sont instituées pour relâcher la rigueur des peines temporelles dues au péché. — (M. Gousset, Instructions sur le rituel, V.2, 3e édit., 1839, p. 337)
    • Céline Thiébault était alors une jeune fille « bienfaisante », une de ces grandes filles brunes qui paraissent vingt ans au lieu de quinze, […]. Autour de ces créatures, trop vite aoûtées, ce qu’il peut rôder d’appétits et combien le péché les guette à la moindre défaillance, je le sais. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 19)

Dérivés[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

Traductions[modifier]

Forme de verbe [modifier]

Conjugaison du verbe pécher
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
péché

péché \pe.ʃe\

  1. Participe passé masculin singulier de pécher.

Prononciation[modifier]

  • France : écouter « péché [pe.ʃe] »

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]