péronnelle

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : Peronnelle, Péronnelle

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du nom de Péronnelle, personnage d’une chanson populaire française du XVe siècle[1].

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
péronnelle péronnelles
\pe.ʁɔ.nɛl\

péronnelle \pe.ʁɔ.nɛl\ féminin

  1. (Familier) (Péjoratif) Jeune femme sotte et bavarde.
    • N’y faites pas attention, mon bon monsieur, répondit l’hôtesse en grognant, ce sont deux péronnelles qui font le malheur de mes vieux jours ! C’est étourdi ! c’est paresseux ! c’est bavard ! — (Arthur de Gobineau, Nicolas Belavoir, 1847, Nouvelle Revue française, 1927, t. 1, p. 179)
    • Ce qu’on appelle des jeunes filles dans les nouvelles comédies, ce sont des péronnelles qui ont la science d’une veuve, l’aplomb d’une grand’mère et la langue d’un avocat. — (Hippolyte Rigault, Conversations littéraires et morales, Charpentier, 1859, p. 136)
    • D’ici là, Mesdemoiselles, je désire qu’on garde le silence, et je renverrai la première péronnelle dont la mauvaise langue tournera de travers ! — (André Theuriet, Le Secret de Gertrude, G. Boudet, 1890, p. 125)
    • […] c’est très bien !
      – Très bien, que cet individu m’ait appelé « Vieille péronnelle » ?… Dites donc, vous en avez de belles !
      — (Colette Vivier, La maison des petits bonheurs, 1939, éd. Casterman Poche, page 133.)
    • Oh, la péronnelle a du mordant ! — (LeChuck, The Curse of Monkey Island, 1998)

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • Article « p%C3%A9ronnelle », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971-1994 → consulter cet ouvrage sur le site du CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales)