palmipède

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin palmipes, palmipedis, « qui a les pieds palmés ».

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
palmipède palmipèdes
\pal.mi.pɛd\

palmipède \pal.mi.pɛd\ masculin et féminin identiques

  1. Qui a les pieds palmés ; dont les doigts sont unis par une membrane.
    • L’albatros est le plus gros des oiseaux palmipèdes ; il est reconnoissable à sa corporance massive qui lui a fait donner le nom de mouton du Cap , en le comparant à ce quadrupède pour sa grosseur ; […]. — (Encyclopédie méthodique : Histoire naturelle des Oiseaux, t.2, article Albatros, Paris, Panckouke & Plomteux, 1784, p.481)
    • Le castor est un mammifère palmipède.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
palmipède palmipèdes
\pal.mi.pɛd\

palmipède \pal.mi.pɛd\ masculin

  1. (Histoire naturelle) Oiseau nageur palmipède dans la classification de Cuvier.
    • Oh ! nous sommes riches en canards, répondit le naturaliste. Ce genre est d’ailleurs, comme vous le savez sans doute, le plus fécond de l’ordre des palmipèdes. — (Honoré de Balzac, La Peau de chagrin, 1831)
    • Près des cours d'eau, des étangs, des marécages, on trouve de nombreux Échassiers et Palmipèdes : d'innombrables cigognes, des hérons, des grues, des bécasses, des bécassines, des poules d'eau, des canards, des sarcelles. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 227)
    • Comme si elle n’eût attendu que cette réflexion, une forte volée de palmipèdes parut à quelques encablures vers l’est, faisant retentir les échos de couin ! couin ! assourdissants. — (Wenceslas-Eugène Dick, Un drame au Labrador, Leprohon & Leprohon, 1897, page 74)
  • Note : le terme Palmipède (avec une majuscule) est parfois employé pour désigner le journal satirique Canard Enchaîné.
    • L’hebdomadaire satirique a été lancé le 5 juillet 1916. Ce centenaire en bonne santé, refusant la publicité et boudant Internet, fait exception dans la presse mondiale. Voici un siècle que ce drôle de palmipède barbote à contresens. — (Aude Carasco, « Cent ans de coups de bec du « Canard enchaîné » » sur La-Croix.com, Bayard Presse. Mis en ligne le 5 juillet 2016, consulté le 21 mars 2017)

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]