panégyriste

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Emprunté au latin panegyrista (« auteur de panégyrique »), lui-même du grec ancien πανηγυριστής, panêguristês (« celui qui se rend à une fête solennelle »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
panégyriste panégyristes
\pa.ne.ʒi.ʁist\

panégyriste \pa.ne.ʒi.ʁist\ masculin

  1. Celui qui fait un panégyrique.
    • Ce n’est pas un historien, c’est un panégyriste.
    • Il y avait trois sortes de poètes : panégyristes des grands ; poètes plaisants du peuple ; bouffons satiriques des paysans. — (Jules Michelet, Histoire de France, tome I, A. Lacroix et Cie, Paris, 1880, p. 177)
    • Or, d’un tel massacre d’enfants, aucune allusion. Mieux encore, le panégyriste d’Hérode, son contemporain Nicanor (alias Nicolas), qui s’efforce de trouver une justification à toutes les exactions du tyranneau iduméen, Nicanor n’éprouve nul besoin de l’en excuser ; il ignore absolument ce fait. — (Robert Ambelain, Jésus ou le mortel secret des Templiers, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Les énigmes de l’univers », 1970)
  2. (Par extension) (Péjoratif) Celui qui fait l’éloge de quelqu’un.
    • Retenus par une mauvaise honte, ils n’osent pas se louer eux-mêmes, mais ils attirent ordinairement auprès d’eux quelque panégyriste doucereux, quelque poète hâbleur qui, pour de l’argent s’engage à les louer, c’est-à-dire à leur débiter des mensonges. — (Érasme, Éloge de la folie, 1509. Traduction de Thibault de Laveaux en 1780)

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]