panner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De panne.

Verbe [modifier]

panner \pa.ne\ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Rare) Tomber en panne.
    • Mais, à partir de Hirsova, le moteur s'est mis à chauffer très fort et menaçait de panner, d’où ralentissement. — (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, p. 65)

panner \pa.ne\ transitif

  1. (Vieilli) Creuser avec la partie du marteau appelée panne.  [1]
  2. (Archaïsme) Essuyer avec un linge ou un morceau de drap.  [2]
  3. (Archaïsme) (fr) (Belgique) Saisir un meuble pour sûreté de paiement.  [3]  [4]
    • En cas de refus de paiement, le bouteiller du comte peut panner le délinquant en sa maison, pour la valeur de l’amende encourue, sans porter atteinte aux franchises de la ville. — (Messager des sciences historiques et archives des arts de Belgique, V. 21, 1847, p. 202)
  4. (Argot) (Vieilli) Gagner au jeu.  [5]
  5. (Cuisine) (Archaïsme) Aplatir la viande en frappant dessus [6].
  6. Couvrir la face crue d’un jambon de panne, mélange de graisse de porc et farine de riz, pour ne pas qu’il croute durant l’affinage.
  7. (Familier) (Savoie) Comprendre.
    • Je ne panne rien !


Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Homophones[modifier]

Références[modifier]

  •  [1] « panner », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872-1877 → consulter cet ouvrage
  •  [2] Jean-Baptiste-Bonaventure de Roquefort, Glossaire de la langue romane: , 1808, p.295
  •  [3] Messager des sciences historiques et archives des arts de Belgique, V.21, 1847, p.78
  •  [4] Gabriel Antoine Joseph Hécart, Dictionnaire rouchi-français, 3e éd., 1834, p.536
  •  [5] Alfred Delvau, Dictionnaire de la langue verte. Argots parisiens comparés, 1867, p.347
  •  [6] Dominique Joseph Mozin & Adolphe Peschier, Dictionnaire complet des langues française et allemande, V.3, 1863, p.291