pardonner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De pardon.

Verbe [modifier]

pardonner \paʁ.dɔ.ne\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Accorder le pardon d’une faute commise, ne garder aucun ressentiment d’une injure reçue. — Note d’usage : En ce sens il a toujours le nom de la chose pour complément direct et le nom de la personne pour complément indirect avec la préposition.
    • J'imagine que, tout au long de leurs amours intermittentes, toujours traversées et toujours renaissantes, Romain et Meg, puis Romain et Margault avaient eu, l'un et l'autre, chacun de son côté, beaucoup à se pardonner et à se faire pardonner. (Jean d'Ormesson, Voyez comme on danse, éd. Robert Laffont, 2001)
    • Je lui pardonne de bon cœur tout le mal qu’il m’a fait.
    • Je vous pardonne pour cette fois, mais n’y revenez plus.
  2. Excuser, supporter, tolérer.
    • C’est une insolence qui ne peut se pardonner.
    • Pardonnez mes craintes, mes soupçons, mon oubli.
    • Je ne me pardonnerai jamais la faute que j’ai commise, la sottise que j’ai faite.
    • Je ne me pardonne pas de m’être fié à ce malhonnête homme.
    • Dans l’amitié, dans le commerce de la vie, il faut se pardonner mutuellement beaucoup de choses.
  3. Voir sans chagrin, sans dépit, sans jalousie.
    • […] ; elle lui pardonna une légèreté d'esprit, dont, après tout, elle n'avait jamais souffert : quand les défauts des autres ne nous nuisent pas, il est rare qu'ils nous choquent beaucoup. (Marie-Jeanne Riccoboni, Histoire d’Ernestine, 1762, édition Œuvres complètes de Mme Riccoboni, tome I, Foucault, 1818)
    • On lui pardonne ses succès à cause de sa modestie.
    • Cette femme a bien de la peine à pardonner aux autres leur beauté.
  4. Il régit quelquefois les choses avec la préposition.
    • à, comme si elles étaient personnifiées.
    • Pardonnez à ma franchise, à mon amitié les reproches que je vous fais.
    • Je pardonne cela à l’état où vous êtes.
  5. Il s’emploie souvent comme un terme de civilité.
    • Pardonnez-moi, ou simplement
    • Pardonnez si je vous contredis.
    • Pardonnez-moi la liberté que je prends.
    • Vous me pardonnerez de vous dire que l’affaire ne se passa pas de la sorte. Dans cette acception, on dit quelquefois simplement, et sans rien ajouter,
    • Pardonnez- moi, vous me pardonnerez, pour exprimer avec politesse qu’on n’est pas d’accord de ce qu’un autre dit.
  6. Excepter, épargner. — Note d’usage : En ce sens, il ne s’emploie guère qu’avec la particule négative.
    • On dit encore que, profondément atteint, sous la rongeure d'un mal qui ne pardonne pas, Abd-ul-Hamid est préoccupé de sa succession. (Victor Bérard, Le sultan, l'islam et les puissances, page 62, Armand Colin, 1907)
    • La phalloïde ne pardonne pas, la panthère non plus. Pour la fausse oronge, elle est toxique ; elle tue les mouches, dit-on ; pourtant dans les pays du nord, les gens en usent pour donner de beaux rêves. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • La mort ne pardonne à personne.
    • Le temps ne pardonne à aucune chose.
    • Cette maladie ne pardonne point, on y succombe tôt ou tard.
  7. (Intransitif) Faire grâce.
    • Le roi lui pardonna.
    • Cet écolier avait mérité une punition, son maître lui a pardonné.

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]