parrakoua

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIXème siècle) Transcription phonétique moins ambiguë du terme parraqua créé en 1777 par le médecin et botaniste français Bertrand Bajon (1751-1778) sur la base du nom onomatopéen de l'ortalide motmot (Ortalis motmot) en créole guyanais, basé sur le cri de cet oiseau [1]. En effet, il semble que le nom préféré par Buffon, i.e. parraka, s'éloignait trop des noms vernaculaires locaux (voir plus loin) tels que hannaquaw, parraqua aracuá et aracuã, et que parrakoua tranchait sur les deux choix phonétiques principaux pour parraqua, en faveur de la labiovélaire kʷ, ou prononciation latine.

Les variantes de ces onomatopées basées sur le cri de l'ortalide motmot et d'autres espèces d'ortalides (e.g. O. vetula) ont donné naissance à plusieurs des noms vernaculaires utilisés pour nommer ces oiseaux: hannaquaw (transcription de consonance anglo-saxonne par Edward Bancroft, médecin et naturaliste du Massachusetts (1745-1821), du nom donné par les Amérindiens de Cayenne, dans son essai sur la Guyane)[2]; parrakoua, forme que prit parraqua en français au XIXème siècle (ce qui renseigne sur les préférences phonétiques de l'usage d'alors, car parraka, orthographe du nom employé par Buffon dans son Histoire Naturelle (1770-1783))[3], avait essentiellement disparu des lexiques, en faveur de parraqua et parrakoua, deux formes proches des principaux vernaculaires onomatopéens locaux tels aracuá (espagnol) et aracuã (portugais Brésilien). La forme parraka de Buffon a trouvé écho dans les formes espagnoles guacharaca (nom de l'O. motmot en Colombie), et chachalaca (ce dernier étant le nom vernaculaire le plus commun de toutes les ortalides en anglais et en espagnol dans tous les pays hispanophones d'Amérique latine).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
parrakoua parrakouas
\pa.ʁa.kwa\

parrakoua \pa.ʁa.kwa\ masculin

  1. (Ornithologie) (Désuet) Variante de parraqua, nom vernaculaire désuet de l'ortalide, genre d'oiseaux galliformes des forêts néotropicales de la taille du faisan et appartenant à la famille des cracidés.
    • Le parrakoua a pour phrase spécifique et distinctive les caractères suivans: huppe rousse; plumage fauve-olivâtre en dessus, cendré-olivâtre en dessous; [...]. Le parrakoua est le plus petit des pénélopes, et a sous la gorge une petite bandelette de peau nue et rouge que sépare une ligne de poils. Son nom lui vient des syllabes qu'il articule par son cri: ce qui le distingue des pénélopes, est de ne point avoir de bande blanche et flottante sous la gorge; mais seulement deux bandelettes droites et peu apparentes: ce qui le caractérise aussi est d'avoir la trachée-artère recourbée sur toute la surface du sternum, et d'avoir en longueur quinze pouces et quelques lignes. — (Équipe de professeurs, "Dictionnaire universel des sciences, des lettres et des arts, tome 59", F.G. Levrault, Strasbourg, 1829, page 194)

Synonymes[modifier le wikicode]

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Bertrand Bajon, Armand Thomas Hue de Miromesnil, "Mémoires pour servir à l'histoire de Cayenne et de la Guiane française", Grangé, Paris, 1777, 462 pp.
  2. Edward Bancroft, 1769., An essay on the natural history of Guiana., Londres.
  3. Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon (1770–1783), Histoire naturelle,, générale et particulière, avec la description du Cabinet du, Roi., Vols XVI–XXIV., Histoire Naturelle des Oiseaux., Paris.