peiner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Dénominal de peine et -er. (Vers 950) penet (« peinat »).

Verbe 1 [modifier le wikicode]

peiner \pe.ne\ ou \pɛ.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se peiner)

  1. Faire de la peine, causer du chagrin, de l’inquiétude, affliger.
    • Cette nouvelle m’a beaucoup peiné.
    • Votre situation me peine extrêmement.

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Verbe 2[modifier le wikicode]

peiner \pe.ne\ ou \pɛ.ne\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se peiner)

  1. Faire des efforts pour, se fatiguer à.
    • Lui qui, d'habitude, d'une plume sûre, attaquait méthodiquement le papier, s'exténuait sur ses phrases. Il peinait, raturait, repoussait soudain une feuille avec violence […]. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 54)
    • On peine beaucoup à marcher dans ces chemins raboteux.
    • Il a beaucoup peiné sur ce travail.
    • On peine à suivre cet orateur diffus.
    • (Impersonnel) Il me peine de vous voir faire cette besogne.
  2. (Par extension) Être chargé d’un poids trop lourd.
    • Cette poutre, cette solive peine beaucoup, peine trop.
  3. (Figuré) Avoir de la difficulté à.
    • Appuyé contre le véhicule de la gendarmerie, un homme imposant, coiffé d'un bob et vêtu d'un pantalon et d'une chemise en toile, peine à se tenir debout et parle tout seul à voix haute. — (Philippe David, Mystérieuse disparition en baie d’Audierne : Une enquête de Loïc Le Floc'h et Gwénaël Guivarch, Éditions Astoure - Ouest & compagnie, 2020)
    • Si une chose frappe particulièrement, ces années-ci, lorsqu’on voit se déployer la frange radicale de ceux qui se croient en insurrection contre un Système qu’ils peinent à définir mais qu’ils ne cessent de maudire, c’est la conviction profonde que l’Histoire mettrait en scène un affrontement irréductible entre des forces obscures, agissantes, maléfiques et, de l’autre côté, une résistance composée de guerriers héroïques, déchiffrant à travers l’actualité les signes invisibles aux autres de cette lutte sans merci. — (Mathieu Bock-Côté, Couvre-feu: je réponds à vos questions!, Le Journal de Québec, 10 janvier 2021)

Traductions[modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]