philosophique

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) Du latin philosophicus.

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
philosophique philosophiques
\fi.lɔ.zɔ.fik\

philosophique \fi.lɔ.zɔ.fik\ masculin et féminin identiques

  1. Qui concerne la philosophie ou qui appartient à cette discipline.
    • Nous sommes si éloignés de connaître tous les agens [sic] de la nature, et leurs divers modes d’action ; qu’il ne serait pas philosophique de nier les phénomènes, uniquement parce qu’ils sont inexplicables dans l’état actuel de nos connaissances. (Pierre-Simon de Laplace, Essai philosophique sur les probabilités, Mme Ve Courcier, Paris, 1814 (2e édition))
    • […] leur attitude nous montre que les anarchistes […] n’appliquèrent pas des théories qui avaient été fabriquées dans des cénacles philosophiques. Ils apprirent surtout aux ouvriers qu’il ne fallait pas rougir des actes violents. (Georges Sorel, Lettre à Daniel Halévy, 15 juillet 1907, dans Réflexions sur la violence, 1908)
    • On peut admettre qu’entre les vérités philosophiques et les vérités théologiques, il ne peut avoir ni entr’aide ni conflit, parce qu’il n’y a aucun point de contact. (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique : la Scolastique, 1925, éd. 1966)
    • Quant aux discussions philosophiques, je pense qu’elles sont absolument vaines. On ne peut rien contrôler, rien vérifier. La vérité, qu’est-ce que cela veut dire ? (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
  2. (Par extension) Qualifie une attitude empreinte de sagesse.
  3. (Spécialement) Qualifie un esprit généralisateur, apte aux idées générales et à saisir les caractères et les rapports généraux des choses.
    • Même pour l’esprit peu philosophique de Bert, le contraste était frappant entre la cité et la flotte aérienne : d’un côté le caractère et la tradition de l’Américain aventureux, et de l’autre l’ordre et la discipline germaniques. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 232 de l’éd. de 1921)
    • Le principe philosophique qui est à la base de cette « doctrine compréhensive et claire » a séduit les botanistes de tous pays qui, nombreux, sont venus à elle avec enthousiasme. (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises, les associations végétales de la vallée de La Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 21)
    • Quelque citation latine banale de ci, de là, un aphorisme philosophique ou pédagogique, une ironie forcée mais acerbe, rehaussent son prestige. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Hyponymes[modifier]

selon les écoles philosophiques
selon les philosophes

Traductions[modifier]