piétiste

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Sens 1
Utilisé par Pierre Bayle (1647-1746) pour traduire l’allemand Pietist, du latin pietas (« piété », « sentiment qui fait reconnaître et accomplir tous les devoirs envers les dieux, les parents, la patrie, etc »). La doctrine des piétistes a ensuite naturellement été appelée piétisme.
Le sens s’est généralisé au XXe siècle, l’étude des religions et des pratiques religieuses ayant montré qu’il existait des pratiques de piété dans l’Antiquité, dans le monde médiéval (occidental et juif égyptien), voire dans les sociétés primitives.
Sens 2
Du latin pedes « piéton, fantassin », lui-même du latin pĕs « pied », « patte ».

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
piétiste piétistes
\pje.tist\

piétiste \pje.tist\ masculin et féminin identiques

  1. Membre d’une secte protestante, fondée par Spener, qui s’attache à la lettre de l’évangile.
    • Un piétiste, une piétiste.
  2. Fantassin, soldat d'infanterie[1].

Dérivés[modifier le wikicode]

Paronymes[modifier le wikicode]

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
piétiste piétistes
\pje.tist\

piétiste \pje.tist\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est relatif au piétisme, mouvement fondé par Philipp Jacob Spener (1635-1705).
    • La preuve que la ferveur piétiste avait peu à peu gagné un nombre croissant de pasteurs nous est fournie par deux faits. — (Henri Strohl, Le protestantisme en Alsace, 1950, p. 267)
  2. (Histoire) Se dit d'une communauté monastique consacrée la piété mais dont les membres ne prononcent pas de vœux perpétuels.
    • Des groupes piétistes, de la Picardie à la Flandre — Béguards et Béguines —, puis sur le pourtour des Alpes, se fondent, encouragés par des clercs comme le prêtre liégeois Lambert le Bègue, mort en 1177 [...]. — (Jacques Le Goff, Saint François d'Assise, Gamillard, « Folio histoire », 1999, p. 27)
  3. (Par analogie) Qui est relatif au respect des pratiques religieuses.
    • Arrivé en France en 1996, imam dans un foyer de Bobigny, ce Tunisien s'est formé théologiquement en Syrie et au Pakistan, dans le tabligh, un courant fondamentaliste, piétiste, apolitique et prosélyte de l'islam. — (Stéphanie Le Bars, « Un imam peu orthodoxe », Le Monde, 3 février 2010)

Paronymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France (Toulouse) : écouter « piétiste »
  • France (Lyon) : écouter « piétiste »

Références[modifier le wikicode]