piauler

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Variante de piailler.

Verbe [modifier le wikicode]

piauler \pjɔ.le\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Crier, en parlant des petits poulets.
    • Les pauvres oiseaux, mourant de faim, ne sachant que devenir, vont de grange en grange attraper comme ils peuvent un misérable grain de blé, avec grand danger d'y laisser la vie. Aussi les entend-on piauler autour des greniers fermés ; […]. — (Abbé Boissy, Le livre des abeilles: ou, Manuel d'apiculture, Paris : chez Auguste Goin, 3e éd., 1874, p. 202)
    • Maupattu était banni de la gent gloussante et caquetante, bien qu'il piaulât comme les autres et qu'il fût issu d'un œuf identique à celui des petits frères tant choyés et défendus par la maman. — (Louis Pergaud, « Maupattu le Paria », dans La revanche du corbeau: nouvelles histoires de bêtes, Mercure de France, 1924, p. 143)
  2. (Populaire) Se plaindre en pleurant ou en gémissant.
    • Au voleur ! Au voleur ! A l'assassin ! Au meurtrier ! Justice, juste ciel... qu'il hurlait... et de flancher du genou, et de pétrir son menton à main que veux-tu, et de piauler, les yeux au blanc. Pire que son âme, cette foutue cassette qu'on lui avait chouravée. Il glaviotait sa ladre amertume... — (Gérard-Fernand Bianchi, Brune intestine, Éditions Éphémère/Lulu.com, 2015, chap. 12)
  3. (Figuré) Produire un bruit désagréable semblable à ces cris et gémissements.
    • La place de la Nation, […], s'ouvrait à tous les vents. Des tramways éclairés et vides y décrivaient, en piaulant sur leurs rails, une courbe laborieuse. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • La musique, elle aussi, d'un accordéon dans les bals, ou d'un orchestre piaulant sa rengaine exotique dans les lieux de plaisir, ou d'un monumental piano mécanique, dans un décor de glaces et de femmes nues, m'est délicieuse à chérir. — (Francis Carco, L’Amour vénal, Éditions Albin Michel, Paris, 1927, page 16)

Dérivés[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]