pillard

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Pillard

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XIVe siècle) En ancien français pillart. Dérivé de piller avec le suffixe -ard.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin pillard
\pi.jaʁ\
pillards
\pi.jaʁ\
Féminin pillarde
\pi.jaʁd\
pillardes
\pi.jaʁd\

pillard \pi.jaʁ\ masculin

  1. Celui, celle qui pille.
    • Maraudeurs effrénés ! s’écria-t-il, si jamais je deviens roi d’Angleterre, je pendrai ces pillards aux ponts-levis de leurs propres châteaux. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Les patrouilles de surveillance qui, d’abord, avaient impitoyablement fusillé les maraudeurs et les pillards, étaient maintenant dispersées par l’épidémie […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 421 de l’éd. de 1921)
    • Il est expédient de bifurquer à faux pour dérouter les pillards qui braconnent les tenderies dès l'aube, avant le propriétaire. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Figuré) Plagiaire.
    • C'est un travail de pillard habilement présenté, pas une recherche digne de ce nom!

Traductions[modifier]

Adjectif [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin pillard
\pi.jaʁ\
pillards
\pi.jaʁ\
Féminin pillarde
\pi.jaʁd\
pillardes
\pi.jaʁd\

pillard \pi.jaʁ\

  1. Relatif au pillage ; qui pille.
    • Chaque matin, un détachement de soldats précède la colonne pour protéger les douars des velléités pillardes de leurs camarades. Ordre a été donné de ne plus dévaster les champs. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 152)
    • A vrai dire, la République romaine n’était qu’une oligarchie despotique et pillarde dont les chefs s’enrichissaient en dépouillant le monde par les guerres et les rapines. — (Alfred Naquet, Vers l’union libre, E. Juven, Paris, 1908)
    • De temps en temps, ces potentats féodaux européens s'unissaient contre les musulmans pillards. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.163)

Traductions[modifier]

Références[modifier]