pinchinat

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

de l’occitan penchinar, peigner, carder

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
pinchinat pinchinats
\pɛ̃.ʃi.na\

pinchinat \pɛ̃.ʃi.na\ masculin

  1. (Vieilli)(Textile) Étoffe de laine, sorte de gros drap de laine non croisée.
    • Un riche métayer qui dédaigne aujourd'hui de porter un pinchinat commun en un jour solemnel, se fût contenté alors d’un habit de grosse toile. Un simple ouvrier rougiroit d’être couvert en un jour de Fête, des mêmes habits qu’un laboureur aisé portoit dans sa campagne le jour de ses noces il y a 200 ans.— (Claude Carlier, Memoire sur les laines: où l'on examine 1: Quelles sont les différentes qualités des laines propres aux manufactures de France : 2: Si on ne pourroit pas se passer en France de laines étrangères : 3: Comment ou pourroit perfectionner la qualité, & augmenter la quantité des laines de France, 1755.)
    • On y fabriquait aussi des baracans et des frocs du dernier genre d’étoffe qui n’existe plus depuis un siècle, ainsi que le pinchinat abandonné vers le milieu du siècle présent.— (Jacques Peuchet, Dictionnaire universel de la géographie commerçante, 1798.)
    • Les laines du pays de Caux s’emploient pour la fabrique des pinchinats, des serges-cordelières, des draps d’Usseau, des serges de Fécamp et des frocs de Bolbec.— (Jean Baptiste Antoine Malisset, La boussole des speculateurs, contenant un traité complet et méthodique de la science du commerce, 1803.)
    • A Lodève, les pinchinats se font à trame sèche, tandis que les vingtains et les vingt-quatrains se sont toujours tissés à trame mouillée. — (Émile Appolis, Un pays languedocien au milieu du XVIIIe siècle: Le diocèse civil de Lodève : Etude administrative et économique, thèse de doctorat ès-lettres, Faculté des Lettres de l'Université de Paris, Albi : Imprimerie coopérative du Sud-Ouest, 1951, chap. 4, §. 2)
    • Sont cités : le baptiste, le brin, le brocard, la dauphine (3 cas), la ferrasse, le fleuret, la grisette, le gros brin, l’incarnat, le moire, le nylon, le pinchinat (3 cas), le St Quentin, le velours (4 cas ), le voile.— (Thierry Holleville, Vivre à Blois au XVIIIe siècle, 2013.)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]