platitude

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

 Dérivé de plat avec le suffixe -itude.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
platitude platitudes
\pla.ti.tyd\

platitude \pla.ti.tyd\ féminin

  1. (Didactique) Ce qui est plat.
    • De place en place, une dune ressort sur cette platitude, donnant sa note propre avec ses grands pignons ou ses buissons de tamaris, seuls à résister au vent de la côte, et parfois de véritables bois comme cette extraordinaire génévraie des Bièges. — (Annales de la Faculté des sciences de Marseille, 1937, page 8)
    • D’après ses propres calculs, l’engin devrait être en mesure de monter à une altitude de cinq cent cinquante mètres, une altitude suffisante de son point de vue pour prouver la platitude de notre planète. — (Fred, Mike Hughes renonce une nouvelle fois à prouver que la Terre est plate sur FredZone.org. Mis en ligne le 6 février 2018)
  2. (Figuré) Caractère de ce qui est plat, sans relief, qui manque de caractère.
    • Comme pour Joe Biden présentement, sa platitude lui procurait un statut de valeur sûre pour qui espérait seulement un retour à la tranquillité. — (Claude Villeneuve, «Un président normal», Le journal de Montréal, 25 octobre 2020)
    • Ce discours, ce livre est de la dernière platitude.
    • La platitude de son style me dégoûte.
    • Sa conduite a été d’une platitude révoltante.
    1. Par rapport à la sensation, absence de goût.
      • Ce vin est d’une platitude extrême.
  3. (Figuré) Idées ou paroles banales.
    • L'auteur ne tombe pas dans les platitudes communes de la publiphobie ; il nous amène à connaître les mécanismes psychologiques et les facteurs sociaux de la publicité, envers laquelle d'ailleurs il ne montre nulle complaisance. — (« Analyses et Comptes-rendus (sur David Victoroff, Psychosociologie de la publicité, PUF, 1971) », dans Les Études philosophiques, Presses universitaires de France, 1971, page 117)
    • Dans son école, deux à trois heures par semaine restent consacrées à l’étude du Roukhnama, le recueil de platitudes morales compilées par Saparmourad Niazov. — (Libération samedi 10 février 2007)
    • Nous les appelons "préjugés négatifs", car ils contribuent à la perte de rationalité et à la consécration de la platitude dans l'interprétation et la traduction des textes africains en général et égyptiens en particulier. — (Mubabinge Bilolo, Les cosmo-théologies philosophiques de l’Égypte Antique : Problématiques, Prémisses herméneutiques-et-problèmes majeurs, Travaux de l'Académie de la Pensée Africaine, sect. I, vol . 1, Kinshasa-Munich-Libreville, 1986 ; nouvelle édition, Paris : Menaibuc , 2003 , page 19)
  4. Servilité, bassesse.
    • — Toi, Martin, tu es mon secrétaire particulier. Je t’appellerai tour à tour : « Martin ! », « mon cher Martin ! » ou « mon cher ami ! » Tu répondras : « Monsieur le Ministre ! » avec plus de platitude encore que ces messieurs. — (Jules Romains, Les Copains, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 120)
  5. (Couture) Surface plane destinée à permettre l'assemblage à l'équerre de trois pièces de tissu.
    • Pour le col, on choisit une valeur de platitude d'un centimètre.

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Anglais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du français platitude.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
platitude
\ˈplætɪtjuːd\
platitudes
\ˈplætɪtjuːdz\

platitude \ˈplætɪtjuːd\

  1. Platitude, paroles banales.

Prononciation[modifier le wikicode]

Néerlandais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du français platitude.

Nom commun [modifier le wikicode]

platitude \Prononciation ?\ féminin

  1. Platitude, paroles banales.

Taux de reconnaissance[modifier le wikicode]

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 70,3 % des Flamands,
  • 75,9 % des Néerlandais.

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]