plouc

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Nom commun) (1880)[1] Du breton plouk dérivé de ploue ; ploum (« rustre ») est attesté en 1882[1].
(Adjectif) Du nom commun.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
plouc ploucs
\pluk\

plouc \pluk\ masculin

  1. (Péjoratif) (Familier) Paysan, campagnard.
    • Dans le film « Fantasia chez les ploucs », Lino Ventura incarne Sagamore Noonan qui vit tranquillement dans une ferme où il distille clandestinement du whisky.
    • Moi, on s’est un peu foutu de ma gueule parce que je suis d’origine bretonne, ça faisait plouc, et plouc, c’est un vrai mot breton qui veut dire paysan. — (Henri Texier dans un entretien paru le 9/02/2016 sur Mediapart « Que ma musique serve à faire de la place dans la tête des gens »)
  2. (Injurieux) Péquenaud, rustre, bouseux, cul-terreux
    • Il n’est jamais allé en ville ; c’est un vrai plouc.
  3. (Belgique) Soldat sans grade.
    • J’ai passé mon service militaire comme simple plouc.

Traductions[modifier]

Adjectif [modifier]

Singulier Pluriel
plouc ploucs
\pluk\

plouc \pluk\

  1. (Péjoratif) (Familier) Balourd, lourdaud, rustique, rustre.
    • Sa robe fait plouc.
    • Chemise à manches courtes pour un costard : c’est plouc ? — (yahoo.com)
    • Refusant l’idée plouc et puritaine qu’on ne sorte les couverts d’argent que pour “les grandes occasions”, j’ai inversé les rôles afin d’améliorer l’ordinaire : ne suis-je pas 1 propriétaire ingénieux ? — (Thomas Clerc, Intérieur, Gallimard, Paris, 2013)

Onomatopée [modifier]

plouc \pluk\

  1. Bruit de la chute d’une goutte de liquide.
    • Plouc !
      Une goutte
      Plouc plouc !
      Deux gouttes
      La pluie arrive
      Rangez calebasses et marmites
      — (Peme-Loudy Roddy-Dexter, poème La Pluie va tomber, dans Au bord de la Ngounié, page 19, Neuf jeunes poètes gabonais, 2009, Publibook)

Variantes[modifier]

Références[modifier]

  • Sophie Fournier, Badaboum et autres onomatopées, page 105, 2003, Bonneton.