port

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Port, pòrt, -port, -pòrt

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Nom commun 1) Du latin portus (« passage »).
(Nom commun 2) Apocope de portable.

Nom commun 1[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
port ports
/pɔʁ/
Le Port de Corfou, au début du XXe siècle
Le port de Pula, aujourd'hui

port /pɔʁ/ masculin

  1. Enfoncement, naturel ou artificiel, de la mer dans les terres, offrant aux bateaux un abri contre les vents et les tempêtes.
    • C’était un tohu-bohu ethnique. Dans le port flottaient les pavillons de toutes les nations, et plus de deux millions d’êtres humains s’y embarquaient annuellement. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 210, Mercure de France, 1921)
    • […], des phares éloignent les navires des dangers ou les conduisent dans les ports abrités par des digues construites en luttant contre les tempêtes. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Vers 4 heures, j’aperçois de nouveau la terre après avoir barré toute la nuit ; je passe au petit jour près d’un destroyer américain et entre dans le port Saint-Georges. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Ça me rappelle le vieux port marseillais, les marchandes de coquillages, les pieds-paquets et le vin de Cassis, doré comme du soleil. (Victor Méric, Les compagnons de l’Escopette, 1930, p.187-188)
    • Fermer, consigner un port : empêcher qu’il n’en sorte aucun bâtiment.
  2. Point de la rive d’un cours d’eau où les navires, les bateaux abordent, où les bâtiments chargent et déchargent les marchandises.
    • Le mythique port de Bercy. - Le port céréalier de Givet.
  3. Villes bâties auprès d’un port, autour d’un port.
    • Marseille est un des plus beaux ports du monde.
  4. (Figuré) Lieu de repos, de refuge, d’une situation tranquille.
    • Il est dans le port en se retirant du monde et de l’embarras des affaires.
    • Il s’est assuré un port dans la tempête.
  5. (Figuré) Lieu où l’on se retire loin des embarras du monde, où l’on cherche à se mettre à couvert de quelque danger.
    • La maison de l’ambassadeur a été un port de salut pour lui.
  6. Action de porter.
    • Il n’y a non plus aucun pittoresque dans les costumes, car le port du pareu ou pagne indigène est interdit dans les rues de Papeete. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Bien qu’il ait déjà été question dès 1208, […], d’imposer aux juifs un signe en forme de roue, la rouelle ne fut officiellement imposée en France qu’en 1227 par le Concile de Narbonne. […]. La roue devait, ordinairement, se porter sur la poitrine. […]. Le défaut du port de la roue était passible d’amende et même de châtiments corporels. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  7. Façon de se porter, maintien.
    • Tout le monde les connaît. Avec leur costume sombre, leurs tatouages et leur port altier, ils sont reconnaissables entre tous. (Charlotte Menegaux, « Yakusa, la seule mafia au monde à avoir pignon sur rue » - Le Figaro)
  8. (Informatique) Dispositif permettant de connecter des périphériques.
    • Le port USB (Universal Serial Bus) est apparu en 1995 pour palier les carences du port série créé en 1960 et supportant le standard RS-232. Ce sont des connecteurs qui permettent de raccorder des périphériques…
  9. (Désuet) Col en montagne
    • Saint Jean pied-de-port.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

  • arrivé au port (se dit d’un homme de bien qui est mort et que l’on croit jouir du bonheur éternel)
  • arriver à bon port (arriver heureusement et en bonne santé au lieu où l’on voulait aller)
  • faire naufrage au port (faire naufrage dans le port en y entrant; échouer dans une entreprise au moment où elle semblait près de réussir)
  • frais de port
  • franco de port
  • port d’attache (port auquel compte un navire; endroit où l’on a une installation fixe, où l’on revient habituellement)
  • port de marée (celui où les bâtiments ne peuvent entrer qu’à marée haute)
  • port de salut (lieu où l’on se retire à l’abri d’une tempête)
  • port de toute marée (celui où les bâtiments peuvent entrer en tout temps, parce qu’il y a toujours assez de fond)
  • port franc (celui où les marchandises ne paient pas de droits, tant qu’elles n’entrent pas dans l’intérieur du pays)
  • port logiciel
  • port matériel

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier | modifier le wikicode]

port /pɔʁt/ masculin

  1. (Argot) (France) Téléphone portable.
    • J'ai oublié le code de verrouillage qu'on me demande quand j'allume mon port. (site www.kiloki.com))
    • J’aurais bien éteint mon port mais j’attendais des coups de fil donc je pouvais pas vraiment. (site www.clubpoker.net (accent sur éteint et apostrophes rajoutés))

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

nom 1
nom 2

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

nom 1 (prononcé /pɔʁ/
nom 2 (prononcé /pɔʁt/

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

  • port sur Wikipédia Article sur Wikipédia

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Anglais[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin portus.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

port /pɔː(r)t/ transitif

  1. Porter.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
port
/pɔː(r)t/
ports
/pɔː(r)ts/

port /pɔː(r)t/

  1. Port, rade.
  2. Bâbord.

Antonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Quasi-synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Adjectif[modifier | modifier le wikicode]

port

  1. Du bâbord.

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Catalan[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
port
/Prononciation ?/
ports
/Prononciation ?/

port masculin

  1. Port.

Néerlandais[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun 1[modifier | modifier le wikicode]

port neutre/masculin

  1. port, affranchissement
    • port betaald
      port payé
    • een pakje port betaald versturen
      envoyer un colis en port payé
    • voor een brief moet je een euro port betalen
      une lettre doit être affranchie d’un timbre de un euro

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier | modifier le wikicode]

port masculin

  1. porto
    • een glas port
      un verre de porto

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Polonais[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

port

  1. Port.

Romanche[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Forme et orthographe du dialecte puter.

Forme de verbe[modifier | modifier le wikicode]

port /Prononciation ?/

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de purter.

Roumain[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

port /ˈpoɾt/

  1. Port.