pouf

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1458) Tenant de l’onomatopée homonymique.

Adjectif[modifier]

pouf \puf\ masculin et féminin identiques

  1. (Marbrerie) Qualifie des pierres qui s’égrenent et tombent en poussière quand on les travaille.
  2. (En particulier) Qualifie un marbre qui, en le taillant, ne peut retenir ses arêtes vives étant sujet à s'égrener.
    • Le marbre que fournit généralement le dépôt de l’île des Cygnes est un marbre qu’il appelle un marbre pouf, un marbre sans la sonorité du métal, un marbre friable et dont on ne peut rien faire. (Edmond et Jules de Goncourt, Journal, 1889)
  3. (Métallurgie) Qui a la juste résistance qu’exige la fonte, en parlant du noyau.
    • Pouf, (Fonderie.) les Fondeurs donnent ce nom à une qualité que doit avoir la matière dont on fait le noyau. Elle consiste dans une molle résistance, afin que le métal remplissant l’espace qu’occupoient les cires, le noyau ait assez de force pour résister à sa violence ; & n’en ait pas trop en même tems pour s’oppoler au métal qui travaille en se refroidissant dans le moule, ce qui le feroit gercer dans plusieurs endroits. (L’Encyclopédie)
Note[modifier]
Il existe une forme de féminin, poufe.
  • Les pierres sont dites moulinées ou poufes lorsqu’elles sont graveleuses et s’égrènent à l’humidité. C’est un défaut particulier à quelques pierres tendres, notamment à la lambourde. (Bourde, Travaux publics, 1928)
Le Dictionnaire classique de la langue française (1827) indique un autre féminin, pouffe.
  • Pierres pouffes (qui ne peuvent pas se tailler à arêtes vives). (E. Bernard, Carnet du conducteur de travaux pour l'établissement et l'entretien des chemins de fer, 1895, p. 88)

Nom commun 1[modifier]

Singulier Pluriel
pouf poufs
\puf\
Un pouf (2) sur lequel des personnes assises reposent leurs pieds.
Une femme assise dans un pouf (3).

pouf \puf\ masculin

  1. (Vieilli) Sorte de coiffure de femme.
    • La coiffure en question, connue sous le nom de « pouf », avait lancé dès 1774 la renommée de l'entreprenante Rose Bertin, propriétaire du Grand Mogol, une boutique très en vue d'accessoires de mode rue Saint-Honoré à Paris. Réalisé avec la collaboration du célèbre coiffeur, monsieur Léonard, le pouf était édifié sue un échafaudage de fils de fer, de tissus, de gaze, de crins, de faux cheveux, et des propres cheveux de la cliente dressés en position quasi verticale. (Marie-Antoinette, reine de la Mode, traduit de l'américain par Sylvie Lévy, dans La règle du jeu, n° 40, 2009)
  2. Appui-pied séparé du canapé ou du sofa.
    • Le meuble, recouvert de peaux de chagrin couleur bois, se composait de poufs, de fauteuils et d’un divan circulaire qui tenait en partie la rondeur de la pièce. (Émile Zola, La Curée, 1871)
  3. Sorte de gros siège mou, sans bois apparent, souvent assez large pour servir à plusieurs personnes.
    • Mme de Guermantes s’était assise. Son nom, comme il était accompagné de son titre, ajoutait à sa personne physique son duché qui se projetait autour d’elle et faisait régner la fraîcheur ombreuse et dorée des bois des Guermantes au milieu du salon, à l’entour du pouf où elle était. (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, tome 3, Le Côté de Guermantes, 1920–21)
    • Il s’écroula dans le pouf et essaya de trouver une position qui ne fût pas tout à fait ridicule. Il n’y parvint pas. (Antoine Bello, Ada, Gallimard, Collection Blanche, 2016, p. 38)
  4. (Argot militaire) (France) Lupanar mis à disposition des soldats lors de leur repos.
    • En fait, il est établi que les « candidates » étaient placées au « pouf » par des proxénètes exerçant entre Belgique et Méditerranée. Et la gérante du foyer, qui conservait 2 francs par jeton pour ses frais de gestion, envoyait régulièrement à ces messieurs — ou à leur « boîte aux lettres » — les mandats résultant du labeur de ces dames. (Le Monde: les grands procès, 1944-2010, sous la direction de Pascale Robert-Diard & ‎Didier Rioux, éd. Les Arènes, 2009, p. 258)
  5. (Vieilli) ou (Belgique) Dette.
    • Quand on lui fermait un crédit dans une maison, elle en ouvrait un autre dans la maison d’à côté. Elle brûlait le quartier, elle avait des poufs tous les dix pas. Rien que dans la rue de la Goutte-d’Or, elle n’osait plus passer devant le charbonnier, ni devant l’épicier, ni devant la fruitière ; […]. (Émile Zola, L’Assommoir (1877), chap. 9, Charpentier, 1879, p. 363)


Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Pour la dette

Traductions[modifier]

Nom commun 2[modifier]

pouf \puf\ féminin

  1. (Injurieux) Diminutif de poufiasse.
    • — Primo, cette pouf n'était pas à poil, deuxio, cette pouf n'est pas une pouf, et tertio, tu as 18 ans, et je crois qu'il est temps d'abandonner cette règle. (Alexis Aubenque, Stone Island, Éditions Toucan, 2013, chap. 34)

Interjection[modifier]

pouf \puf\

  1. Onomatopée qui exprime le bruit sourd que fait un corps en tombant ou en disparaissant.
    • Contrairement à votre grenier, Firefox est facile à nettoyer. Il suffit de cliquer sur le bouton Effacer et… pouf ! L’historique est évaporé. (Message du navigateur Firefox, consulté le 27 février 2017.)

Voir aussi[modifier]

  • pouf sur Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier]